Grand Prix de Hongrie - Lewis Hamilton (Mercedes) : "Nous sommes clairement en train de combler l'écart"

Grand Prix de Hongrie – Lewis Hamilton (Mercedes) : “Nous sommes clairement en train de combler l’écart”

Impossible de ne pas sentir le vent du boulet Mercedes arriver. Dimanche au Hungaroring, Lewis Hamilton et George Russell ont poursuivi l’opération “redressement” des Flèches d’argent en prenant les deuxième et troisième places du Grand Prix de Hongrie, à respectivement 7″834 et 12″337 du vainqueur Max Verstappen (Red Bull). Sans avoir un coup de pouce de la voiture de sécurité comme en France, mais, c’est vrai, avec un avantage sur la grille par rapport au Néerlandais, parti 10e.

Impossible de nier cette remontée en flèche des Gris. Même s’ils n’ont pas encore gagné, ils ont enfin ouvert le palmarès de la firme à l’Etoile avec une pole position samedi, et un second double podium consécutif. Avec un total de six podiums pour Hamilton, dont cinq de suite, et cinq pour Russell, l’équipe de Toto Wolff a quitté son statut d’outsider solitaire – loin derrière Red Bull et Ferrari et loin devant les autres – et a endossé le costume de challenger aux dents longues. Au point de ne plus se demander si elle gagnera, mais quand.

Grand Prix de Hongrie

Bonus-malus : Verstappen et Hamilton reviennent de nulle part, Leclerc y retourne

IL Y A 2 HEURES

Qualifié septième à cause d’une panne d’aileron avant amovible – le DRS – samedi, LH44 a gagné deux places au départ, sur le dos des Alpine de Fernando Alonso et Esteban Ocon, et a fini fort en gommes “tendre”, grâce à un second relais en pneus “medium” bien meilleur que le premier, et un second arrêt décalé. Puis, encore une fois, il a fait parler son intelligence de course. Averti deux fois pour un dépassement de limite après le 40e tour, il a doublé Carlos Sainz (Ferrari) pour P3 au 63e tour, puis son coéquipier pour P2 une boucle plus tard.

Les quelques gouttes de pluie survenues dans les derniers tours lui ont fait espérer une fin de course à rebondissements. Mais l’abandon de Valtteri Bottas (Alfa Romeo) a figé les écarts dans le peloton (voiture de sécurité virtuelle). Lorsque les bolides ont été de nouveaux libres d’accélérer, il était trop tard pour menacer Max Verstappen. “J’espérais qu’il allait pleuvoir à la fin pour que je puisse défier Max, mais il nous a manqué des tours.”

Un boost de confiance

“J’ai vraiment été en difficulté au début de la course et je n’étais pas sûr de pouvoir rattraper les gars, a-t-il expliqué à l’arrivée. Mais petit à petit, j’ai été plus à l’aise avec l’équilibre. J’ai eu un très bon départ aussi. Je veux vraiment remercier mon équipe qui a poussé et n’a jamais baissé les bras dans cette année difficile. Avoir les deux voitures sur le podium deux fois (après Le Castellet), c’est assez spécial pour nous.”

Finalement, cette 9e victoire-record au Hungararing lui a peut-être échappé la veille. “Si nous avions eu une meilleure qualification, si le DRS avait été bon, nous aurions été dans la course pour la victoire, a-t-il rappelé. Mais avec deux deuxièmes places d’affilée, je suis vraiment, vraiment heureux. Un grand merci aux fans, merci pour votre soutien, passez un été incroyable, soyez bénis.”

“Le combat de Lewis a été incroyable, Budapest continue d’être une sucess story pour lui, l’a félicité Toto Wolff, son patron. Il est revenu de nulle part et a été plus rapide que tout le monde. Je pense que nous avons perdu la course avec lui hier avec l’échec du DRS. Sinon, on aurait pu se battre devant pour la victoire.”

Pour la suite, l’actuel n°6 mondial a exprimé un certain optimisme. “Les autres gars ont encore un peu d’avance, mais nous sommes clairement en train de combler l’écart et c’est une façon incroyable d’entrer dans la pause en sachant que nous avons cette performance. J’espère que nous pourrons en apporter plus dans la deuxième partie de la saison et commencer à nous battre avec les gars devant”, a-t-il dit.

Mercedes au rythme de Red Bull depuis cinq Grands Prix

De son côté, George Russell n’a pas converti sa première pole en victoire, mais il a mené 24 tours et n’a rien à se reprocher. Malheureusement, il n’a jamais eu les bonnes gommes. Ses “tendre” étaient parfait pour le départ sous le crachin, mais les “medium” ont ensuite pris la main. Ce fut l’inverse dans les derniers tours : en “medium”, il n’a pu réagir à Carlos Sainz et Lewis Hamilton, en “tendre”. “Quand ça a commencé à bruiner et que nous étions sur les pneus ‘tendre’ au départ et que tout le monde était en ‘medium’, j’ai pensé que nous étions bien partis, a confié le n°4 mondial, à Sky Sports. Après quatre tours, j’avais une avance de trois secondes. Malheureusement, la pluie a cessé. Vers la fin, sur les ‘medium’ avec la pluie un peu plus forte, j’ai vraiment lutté. C’est un travail incroyable de la part de l’équipe. La pole position et un double podium : nous faisons vraiment des progrès, donc je suis vraiment fier du travail accompli.”

Depuis cinq courses, Mercedes s’est incontestablement hissé au niveau des meilleurs, si l’on considère la performance comme un alliage de vitesse et de fiabilité. Depuis Montréal, l’écurie de Brackley a inscrit 135 points contre 139 à Red Bull et 120 à Ferrari.

Grand Prix de Hongrie

Verstappen : “Même avec le 360, nous avons gagné !”

IL Y A 4 HEURES

Grand Prix de Hongrie

Leclerc sur le fiasco Ferrari : “C’était un carnage”

IL Y A 7 HEURES

#Grand #Prix #Hongrie #Lewis #Hamilton #Mercedes #Nous #sommes #clairement #train #combler #lécart

Leave a Comment

Your email address will not be published.