Le jeûne intermittent est-il vraiment efficace pour perdre du poids et dans quelles conditions ?

Le jeûne intermittent est-il vraiment efficace pour perdre du poids et dans quelles conditions ?

Le jeûne intermittent, comprendre la privation de nourriture pendant 16h consécutives, est régulièrement conseillé pour la perte de poids. Sur le réseau social TikTok, le hashtag #jeuneintermttent comptabilise plus de 92 millions de vues.

Le livre “Comment jeûner” précise que le jeûne libère les forces naturelles de guérison en plus d’être un traitement et un anti-âge. La Dre Èvelyne Bourdua-Roy, co-auteure du livre et médecin de famille certifiée en médecine de l’obésité, a répondu à nos questions.

Comment se lancer dans le jeûne intermittent ? Est-il efficace pour perdre du poids ? Quels sont les effets sur l’organisme ? Priver son organisme de nourriture pendant un laps de temps se démocratise sur les réseaux sociaux. Certains l’appliquent dans le cadre d’une “cure détox”, d’autres pour perdre du poids ou encore comme expérience spirituelle.

Selon la Dre Èvelyne Bourdua-Roy, co-auteure de “Comment jeûner”, aux éditions Thierry Souccar, jeûner permet une bonne santé métabolique.

Depuis Montréal, la fondatrice de la Clinique Reversa, une clinique à but non lucratif pour le renversement des maladies chroniques liées au style de vie basé sur l’alimentation faible en glucides et le jeûne, a répondu aux questions d’ETX Studio.

Existe-t-il différentes formes de jeûne intermittent ?

Il faut commencer par distinguer jeûne” incluant jeûne intermittent de fenêtre d’alimentation restreinte. La plupart des gens qui parlent de jeûne intermittent parlent de sauter le petit-déjeuner et de manger deux repas dans une fenêtre d’environ 8 heures et moins.

Par exemple, on mange à 14 h et on dîne à 20 h. On ne mange plus rien jusqu’à 14 h le lendemain. La fenêtre d’alimentation se situe entre 14 h et 20 h, et la fenêtre de non-alimentation ou de jeûne se situe entre 20 h (après la dernière bouchée du dîner) et 14 heures le lendemain. C’est ce qu’on appelle la “fenêtre d’alimentation restreinte” ou TRE en anglais (Time Restricted Eating), mais que les gens appellent souvent le “jeûne intermittent”.

Cela est différent du véritable jeûne qui est un état métabolique hormonal dans lequel le taux de sucre du sang est bas, le taux d’insuline du sang est bas et les réserves de sucre du foie (le glycogène) sont vides ou pratiquement vides. À ce moment, le corps effectue une espèce de bascule et divers changements dans la “mécanique” s’effectuent. Le moment où cette bascule s’effectue varie d’un individu à l’autre, mais en moyenne, il est question de 18 à 36 heures environ.

Que l’on parle de fenêtre restreinte d’alimentation (que bien des gens appellent jeûne intermittent) ou que l’on parle réellement d’un état physiologique de jeûne, il peut y avoir des bénéfices intéressants pour la santé métabolique. Par exemple, jeûner fait baisser la glycémie (taux de sucre dans le sang) et l’insulinémie (taux d’insuline dans le sang). Lorsqu’il est pratiqué régulièrement, il peut aider à renverser la résistance à l’insuline et toutes les maladies chroniques qui en découlent, comme le diabète de type 2 et l’hypertension artérielle idiopathique.

Combien d’heures par jour doit-on jeûner dans une journée pour bénéficier des bienfaits d’un jeûne intermittent ?

Pour savoir combien d’heures on devrait jeûner par jour ou par semaine, il faut d’abord avoir une idée de sa résistance à l’insuline ou de sa santé métabolique actuelle, déterminer ses objectifs et établir ce que l’on est capable et intéressé à faire. Il faut aussi prendre en considération son indice de masse corporelle (les gens qui ont très peu de graisse corporelle devraient jeûner moins longtemps et moins souvent que les personnes qui ont un indice au-dessus de la normale, par exemple), les médicaments que l’on prend (il y a des contre-indications ou des médicaments qui vont nécessiter un suivi serré et d’éventuels ajustements) et son état de santé global actuel (il n’est pas recommandé de jeûner pendant une pneumonie sous antibiotiques, par exemple).

Il n’y a pas de recette universelle, et c’est ce qui est génial. Trouver son propre patron de jeûne et le pratiquer de façon régulière permet d’obtenir des bienfaits du jeûne et de les maintenir dans le temps.

Le jeûne intermittent est-il efficace pour perdre du poids ?

Il peut l’être, mais cela dépend des gens. Nous voyons une grande variabilité inter-individuelle chez nos patients et participants. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles le jeûne peut aider à la perte de poids : la bascule métabolique qui favorise un état physiologique de catabolisme et de lipolyse (brûlage des réserves de graisse du corps), le rééquilibrage des hormones de faim et de satiété après le jeûne, l’amélioration de la sensibilité à l’insuline (l’insuline est l’hormone maîtresse du stockage des graisses, donc plus on en secrète parce que l’on est résistant et plus, on a de la facilité à stocker des graisses et de la difficulté à les brûler), la diminution des apports caloriques, etc.

Le jeûne, contrairement aux diètes hypocaloriques, ne fait pas baisser le métabolisme basal. Il le fait même légèrement augmenter pendant la durée du jeûne. D’ailleurs, nous explorons plusieurs idées reçues ou mythes sur le jeûne dans “Comment jeûner”, avec la science pertinente.

Cependant, si le jeûne est pratiqué par une personne qui a un trouble alimentaire ou une dépendance alimentaire et qu’elle perd le contrôle de son alimentation après la fin de son jeûne, cela ne sera pas efficace pour perdre du poids et sera nuisible à la santé mentale de cette personne. Le jeûne n’est alors pas indiqué ou du moins pas s’il est de longue durée.

#jeûne #intermittent #estil #vraiment #efficace #pour #perdre #poids #dans #quelles #conditions

Leave a Comment

Your email address will not be published.