Face aux critiques sexistes, le Tour de France féminin et les coureuses montent au créneau

Face aux critiques sexistes, le Tour de France féminin et les coureuses montent au créneau

JEFF PACHOUD / AFP UAE Team ADQ Slovenian rider Urska Pintar (C) sits on the tarmac after a fall during the 2nd stage of the new edition of the Women’s Tour de France cycling race, 136,4 km between Meaux and Provins, on July 25, 2022. (Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

JEFF PACHOUD / AFP

Plusieurs cyclistes sont tombées lors de la deuxième étape du Tour de France Femme, le 25 juillet 2022.

TOUR DE FRANCE – La colère monte. Après 33 ans d’absence, le Tour de France féminin a fait son retour pour un circuit en huit étapes qui doit se terminer dimanche 31 juillet. Mais depuis que les femmes ont pris la route, de nombreux commentaires sexistes et misogynes ont été relevés sur les réseaux sociaux. De quoi susciter le ras-le-bol des cyclistes et des organisateurs.

Les messages sexistes pullulent notamment sous les vidéos de chutes, nombreuses et parfois violentes. En témoigne par exemple cet extrait posté jeudi 28 juillet par France télévisions, qui diffuse le Tour.

« Mdr mais c’est la 1re fois qu’elles font du vélo ou quoi ? Quel bordel depuis le début du tour », « Les filles veulent trop ressembler aux hommes mais il y a encore trop d’amateurisme dans ce tour de France femmes », « J’ai pas envie de faire une blague sur les femmes au volant »… Peut-on lire sous la publication. Face à ce déferlement, la chaîne a bloqué en partie la possibilité de commenter la vidéo.

« Les chutes font partie du cyclisme »

« C’est ridicule (…). On n’a pas à se justifier. Les chutes font partie du cyclisme, il y en aura toujours. On oublie trop vite le Tour masculin de l’année dernière, avec les nombreuses chutes en première semaine, comme à Pontivy », a réagi sur franceinfo la directrice du Tour et ancienne cycliste professionnelle Marion Rousse. Elle préfère se concentrer sur les « 95 % de gens conquis » plutôt que sur les « 5 % qui restent, qui s’amusent sur les réseaux sociaux à dire que les filles ne savent pas rouler ».

D’autres cyclistes, hommes ou femmes, ont aussi regretté les propos sexistes de certains internautes et téléspectateurs. L’une des Françaises sur le Tour Audrey Cordon-Ragot a par exemple répondu à Pierre Salviac, ancien commentateur de rugby, qui se demandait si « les filles » étaient « prêtes pour une compétition de ce niveau ».

Retour cinglant de la coureuse : « 1- On est des femmes pas des filles, à moins que vous appeliez les coureurs ’les garçons’ 2- J’opte pour l’option 2 ’je dis rien… ’’. Les ’people qui se mettent à parler vélo et déverser leur frustration car ils ne portent pas la culotte chez eux ! On adore. »

De nombreuses chutes aussi sur le Tour de France masculin

Même colère pour la Luxembourgeoise Christine Majerus, également présente sur ce Tour de France Femmes. Pour montrer que les chutes n’étaient pas uniquement l’apanage des femmes, elle a posté des photos des carambolages pendant le Tour de France masculin. Eux non plus n’ont pas été épargnés par les accidents.

Les hommes aussi défendent les coureuses, comme le Français Alexis Vuillermoz qui s’est dit « désabusé » après avoir lu les commentaires sous la vidéo de France télévision : « Le vélo est un sport tellement dur et ingrat… On leur doit notre respect au même titre que les hommes, et encourager la pratique sportive sous toutes ses formes et ce qquel quesoit le genre ! »

Le premier Tour de France Femmes se terminera à la Super Planche des Belles Filles après quelque 1 000 kilomètres de courses. Pour l’instant, la Néerlandaise Marianne Vos (Jumbo-Visma) porte le maillot jaune, mais rien n’est joué pour le titre.

A voir également aussi sur le Huffpost : le Tour de France, ce coureur a tout donné pour finir (de justesse) dans les délais


#Face #aux #critiques #sexistes #Tour #France #féminin #les #coureuses #montent #créneau

Leave a Comment

Your email address will not be published.