La communauté gay demande des vaccins contre la variole du singe à la Confédération

La communauté gay demande des vaccins contre la variole du singe à la Confédération

Face à la flambée de la variole du singe, l’OMS a conseillé mercredi au groupe le plus touché par la maladie – les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes – de réduire le nombre de partenaires sexuels. En Suisse, la communauté gay demande à la Confédération de rendre disponible le vaccin.

Le meilleur moyen de se protéger “est de réduire le risque de se retrouver exposé” à la maladie, a expliqué le directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’un point presse à Genève.

Plus de 18’000 cas de variole du singe ont été détectés dans le monde depuis le début mai en dehors des zones endémiques en Afrique. La maladie a été signalée dans 78 pays jusque-là et 70% des cas sont concentrés en Europe, 25% dans les Amériques, a précisé le patron de l’OMS.

Déjà 251 cas confirmés en Suisse

“Pour les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, cela veut aussi dire, pour le moment, réduire le nombre de vos partenaires sexuels et échanger des informations avec tout nouveau partenaire pour être en mesure de les contacter” en cas d’apparition de symptômes, pour qu’ils puissent s’isoler, a ajouté le Dr. Ghebreyesus.

Il a déclenché samedi le plus haut niveau d’alerte de son organisation pour tenter de juguler la maladie. Depuis la fin mai en Suisse, 251 cas ont été confirmés, dont une très grande majorité d’hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes.

Alors que plusieurs pays administrent déjà le vaccin, ce dernier n’est pas encore disponible en Suisse. Face à la progression de la variole du singe, la communauté gay en Suisse est inquiète et demande à la Confédération d’agir rapidement.

Aller à l’étranger pour se faire vacciner

A Zurich, par exemple, un centre médical pour la communauté LGBT+ diagnostique 3 à 5 infections par jour depuis plusieurs semaines. Le centre souhaite que les autorités rendent disponible le vaccin nouvelle génération contre la forme classique de la variole, utilisée aussi contre la variole du singe.

“Beaucoup de nos clients vont dans les pays voisins pour se faire vacciner, en Allemagne ou en France, et nous trouvons que ça ne devrait pas être comme ça. La Suisse a un système de santé fantastique, nous devrions être capable de proposer ce vaccin”, explique Benjamin Hampel, infectiologue et codirecteur médical du Checkpoint Zurich, dans le 19h30.

>> Ecouter le reportage de La Matinale sur les vaccinodromes de Paris:

Paris inaugure des vaccinodromes pour la variole du singe / La Matinale / 1 min. / hier à 06:32

Pour Loïc Michaud, infirmier responsable du centre médical Checkpoint Genève interrogé à Forum, la Suisse “devient un pays qui s’isole par rapport à ceux qui nous entourent, et qui n’arrive pas à vacciner ou à répondre aux interrogations de sa population”.

De son côté, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) dit comprendre les incertitudes de la communauté homosexuelle. “La Confédération est en train d’évaluer les possibilités d’achat centralisé d’un vaccin contre la variole du singe”, explique-t-elle.

Ne pas stigmatiser une communauté précise

La variole du singe n’est pas, en l’état actuel des connaissances, considérée comme une maladie sexuellement transmissible et tout le monde peut la contracter. Le contact peau à peau direct mais aussi les draps ou vêtements infectés sont des vecteurs de transmission de la maladie.

L’OMS insiste aussi beaucoup sur la nécessité d’éviter toute stigmatisation d’une communauté précise, qui pourrait amener ses membres à cacher la maladie, ne pas se faire soigner et continuer à la répandre.

“Ce que j’observe c’est que, dans le cas du Covid-19, le vaccin n’empêchait pas la transmission mais on l’a rapidement administré pour endiguer la pandémie. Alors aujourd’hui, on se questionne s’il faut attendre que ce virus change de communauté et qu’il s’impose à l’ensemble de la population pour avoir une réelle prise de conscience et qu’on nous vienne en aide”, déclare Loïc Michaud au micro de Forum.

En effet, comme l’a rappelé le Dr. Ghebreyesus: “il est important de souligner que la vaccination ne protège pas instantanément contre l’infection ou la maladie et cela peut prendre plusieurs semaines”. Une fois vacciné, il faut donc continuer à prendre des précautions.

>> L’interview complète de Loïc Michaud:

La communauté gay réagit aux stratégies pour lutter contre la variole du singe: interview de Loïc Michaud / Forum / 6 min. / jeudi à 18:00

Sujet TV: Séverinne Ambrus

afp/aps

#communauté #gay #demande #des #vaccins #contre #variole #singe #Confédération

Leave a Comment

Your email address will not be published.