Variole du singe. Peut-on attraper le virus au restaurant ?

Variole du singe. Peut-on attraper le virus au restaurant ?

« La variole du singe peut-elle s’attraper sur des couverts au restaurant ? » nous demande Laurence, de Colmar. La variole du singe est une maladie qui se caractérise par des éruptions cutanées, qui peuvent s’accompagner de fièvre, de maux de gorge ou de douleurs au niveau des ganglions lymphatiques. Alors que la France a dépassé les 1 000 cas début juillet, que savons-nous sur la transmission de la maladie ? Comment peut-on l’attraper ? Ouest-France vous répond.

La transmission de l’animal à l’humain

Comment le virus a-t-il émergé chez l’homme ? La variole du singe est une maladie qui se transmet de l’animal à l’humain. Les zones de transmission sont les abords de forêts tropicales humides, où vivent des animaux porteurs du virus. Malgré son nom, la variole du singe peut être transmise par des rongeurs (écureuils, rats braconniers de Gambie, loirs), mais aussi différentes espèces de singes.

« La transmission se fait par contact direct avec le sang, les fluides corporels ou les lésions de la peau ou des muqueuses d’animaux infectés par exemple par une morsure ou une griffure ou par la préparation ou la consommation de viande de brousse insuffisamment cuite », écrit Santé publique France.

Lire aussi : Variole du singe. Symptômes, transmission, vaccination… Où en est l’épidémie ?

La transmission interhumaine

La transmission interhumaine, elle, se produit en cas de contact prolongé en face-à-face par des gouttelettes respiratoires, ou alors par contact direct avec une personne infectée, à travers les fluides corporels, les lésions causées par la maladie ou les muqueuses internes.

« Les rapports sexuels […] réunissent ces conditions pour une contamination, et avoir plusieurs partenaires augmente le risque d’être exposé au virus », rappelle Santé Publique France.

La transmission via des objets inanimés

La transmission peut se faire via des objets inanimés contaminés. Et on touche ici à la question de Laurence. Cela peut être des vêtements, des draps, du linge de bain ou de la vaisselle. Il peut donc être risqué de manger ou de boire dans la même vaisselle qu’une personne malade, ou d’utiliser les mêmes objets qu’elle.

Cependant, si les couverts sont correctement nettoyés, il n’y a pas de risque de contamination. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), interrogée par nos confrères de Sciences et Avenir, explique que « le lavage des ustensiles et de la vaisselle au lave-vaisselle et du linge au lave-linge (à des températures supérieures à 60 °C) permet d’éliminer le virus ». Si les couverts du restaurant ont été préalablement lavés au lave-vaisselle, ils ne pourront pas transmettre la variole du singe.

Quant aux surfaces contaminées, les produits ménagers permettent d’éliminer le virus. « Les produits de nettoyage/désinfectants ménagers standard (domestiques) peuvent être utilisés, lorsque l’on applique les doses et temps d’action prévus par le fabricant pour obtenir une activité virucide », ajoute l’Anses.

Pour se protéger, la vaccination contre la variole du singe est ouverte à toute la population à risque de contracter la maladie depuis le 8 juillet. Elle concerne « les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes rapportant des partenaires sexuels multiples : les personnes trans rapportant des partenaires sexuels multiples ; les personnes en situation de prostitution ; les professionnels exerçant dans les lieux de consommation sexuelle », écrit Santé publique France.

#Variole #singe #Peuton #attraper #virus #restaurant

Leave a Comment

Your email address will not be published.