JO 2024 : Emmanuel Macron veut s’assurer du bon niveau de préparation de la France

JO 2024 : Emmanuel Macron veut s’assurer du bon niveau de préparation de la France

Emmanuel Macron a présidé, lundi 25 juillet, à l’Elysée, un conseil olympique et paralympique pour s’assurer du bon niveau de préparation des Jeux de Paris, à deux ans de l’événement sportif.

A l’approche du rendez-vous planétaire, programmé du 26 juillet au 11 août 2024, le chef de l’Etat a voulu que chacun « mesure l’importance assez exceptionnelle de ce que représentent les Jeux olympiques et paralympiques en France de par leur envergure, leur audience, leurs impacts sociaux, culturels, économiques, notamment sur l’image du pays dans le monde », a fait savoir l’Elysée auprès de l’agence Reuters. Quatorze ministres ont participé à ce conseil, ainsi que les préfets concernés, le délégué interministériel Michel Cadot et le président du Comité d’organisation, Tony Estanguet.

Après que la Cour des comptes s’est inquiétée dans un rapport de l’état de préparation des JO de Paris, le président a « beaucoup insisté » pour « faire, dans un budget équilibré, des choses à la hauteur des ambitions que nous nous sommes collectivement fixées ». « Il faut accélérer ou en tout cas continuer de maintenir la vitesse actuelle, et anticiper toute forme de crise et de menace possible », alors que des voix inquiètes se sont élevées après le fiasco sécuritaire de la finale de la Ligue des champions de football, au Stade de France, le 28 mai dernier.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Incidents au Stade de France : la France est-elle en mesure d’assurer la sécurité des JO 2024 ?

« Le budget des Jeux sera tenu »

Côté finances, le coût provisoire des Jeux atteint 8,3 milliards d’euros, contre 6,8 milliards présentés lors de phase de candidature. Le budget de la Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo) est évalué à 4,3 milliards d’euros en budget projeté 2024. Celui du Comité d’organisation est d’environ 4 milliards, financés par des recettes privées (billetterie, partenariats, produits dérivés…).

Les subventions de l’Etat et des collectivités locales, qui s’élèvent à environ 1,7 milliard au total, inflation comprise, sont actuellement de 17 millions supérieures au prévisionnel, « ce qui témoigne du sérieux des prévisions et de la bonne maîtrise de cette enveloppe budgétaire », souligne l’Elysée.

Pour corriger les écarts anticipés par les auteurs de différents rapports, les autorités espèrent actionner divers leviers, comme la recherche de nouveaux partenariats et la réduction du délai de mise à disposition des sites de compétition, qui permettrait de baisser le montant des compensations pour perte d’activité. « Le budget des Jeux sera tenu », assure la présidence de la République.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Jeux olympiques : Paris 2024 face au risque de dérapage budgétaire

17 500 agents de sécurité

Pour ce qui est de la livraison des sites – dont 95 % sont existants ou temporaires –, l’avancée des travaux des vingt-cinq ouvrages en cours est conforme au programme arrêté, qui prévoit essentiellement la construction d’un village olympique et d’un centre aquatique.

Concernant la sécurité, 17 500 agents seront nécessaires pour acheminer chaque jour 800 000 personnes sur les sites (200 000 accrédités et 600 000 spectateurs), ce qui nécessite un programme de formation et de recrutement, selon l’Elysée. Les effectifs nécessaires, tous besoins compris, sont évalués entre 22 000 et 25 000 agents de sécurité par jour.

Les armées seront aussi mises à contribution : la marine nationale participera aux épreuves nautiques à Marseille et Tahiti et l’armée de l’air procédera à une surveillance antidrones. L’opération « Sentinelle » sera renforcée, tout comme les dispositifs en matière de cybersécurité.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés A deux ans des JO de Paris, la pénurie de stadiers fait craindre « une catastrophe »

Une « billetterie populaire » avec des places à moins de 50 euros

Côté transports, les Jeux doivent coïncider avec le prolongement de la ligne 14 du métro vers Saint-Denis-Pleyel au nord, et Orly au sud. Un millier de taxis seront en outre mis à la disposition des personnes à mobilité réduite.

Pour ce qui est des emplois créés, le seuil d’un million d’heures de travail fournies à des personnes en insertion a été franchi. Environ 1 500 personnes, dont 47 % issues de la Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre et le plus jeune de France, en ont bénéficié pour l’instant. La « billetterie populaire » mise en place prévoit de fournir 50 % des billets à moins de 50 euros, dont une partie au tarif limité de 24 euros.

La flamme olympique, qui devrait traverser une grande partie de la France de la mi-avril au 26 juillet 2024, arrivera à Paris pour la cérémonie d’ouverture prévue sur et aux abords de la Seine, alors que celle des Jeux paralympiques est programmée place de la Concorde. Concernant la sécurité, les anticipations de la préfecture de police et du ministère de l’intérieur pour ces deux spectacles « nous amènent aujourd’hui à être tout à fait rassurants et à écarter toute hypothèse qui nécessiterait un plan B », assure l’Elysée.

Lire l’analyse : Article réservé à nos abonnés Les JO de 2024, un grand pari risqué pour Anne Hidalgo

Le comité olympique a par ailleurs dévoilé le slogan des JO de Paris, lundi. A l’issue d’une courte vidéo d’une minute et trente secondes, il s’affiche ainsi : « Ouvrons grand les Jeux ».

Le Monde avec Reuters


#Emmanuel #Macron #veut #sassurer #bon #niveau #préparation #France

Leave a Comment

Your email address will not be published.