Basket : l’Elan Béarnais sauvé au buzzer !

Basket : l’Elan Béarnais sauvé au buzzer !

« Ce furent des débats très cordiaux, très techniques, très posés, quelque chose de très normal », soufflait David Bonnemason-Carrère en quittant l’instance fédérale. Une tonalité opposée à celle de la dernière visite auprès de la DNCCG il y a quinze jours qui avait vu une assistance médusée par la virulence des propos et l’attitude de David Otto, le boss de CSG.

Le 11 juillet, le conseil supérieur de gestion de la Ligue nationale (DNCCG) avait confirmé sa décision de refuser l’engagement de l’Elan en Elite, en raison d’un déficit financier sur la saison de l’ordre de deux millions d’euros et d’un manque de garanties pour l’exercice à venir.

« Un soulagement énorme »

« Ce lundi, tous les volets ont été évoqués, notamment l’étalement de la dette. Au final, la chambre d’appel a réformé les décisions prises en premières instances au vu de la qualité du repreneur, de ses engagements et de la réalité du projet présenté, de nos engagements à tous, et des chiffres réalistes présentés », explicite DBC qui confirme que le prochain budget sera de 4,6 à 4,8 millions d’euros.

« C’est un soulagement énorme pour le club, les salariés, les supporters, pour tout le monde », enchaînait Bonnemason-Carrère qui a vécu des dernières semaines agitées et intenses plongé au cœur de la fournaise, en devant gérer les coups de sang de CSG d’un côté, préparer le terrain pour Eat4Good d’un autre, tout en évitant les assauts et autres coups bas venus localement de la part de certains anciens.

La rédaction vous conseille

« Il y a quinze jours on était encore dans une situation très tendue avec les Américains », rembobine le président. « On était en conflit ouvert, on ne se parlait plus, il n’y avait plus de communication depuis un certain temps. Jusqu’au dernier moment, on a retenu notre souffle. L’équilibre était très fragile pour sauver cette entité, ce monument qu’est l’Elan. Aujourd’hui, on a un repreneur de qualité, une belle marque, des gens qui veulent s’investir », se réjouit-il, conscient que « tout s’est joué dans un timing très serré. Ce fut une histoire de jours voire d’heures avec un travail d’arrache-pied tout ce dernier week-end », reconnaît encore David Bonnemason-Carrère. Qui n’oublie pas d’inclure dans cette réussite de reprise « la mairie et le travail énorme réalisé par François Bayrou et ses équipes, au soutien dans tous les instants dans ce dossier ».

Le sportif va reprendre ses droits

La suite : « rencontrer tous les salariés qui n’ont jamais baissé le bras, les rassurer, les informer, pour avancer et préparer rapidement la saison qui arrive vite car tous les aspects ont été gelés depuis plus d’un mois », mentionne le dirigeant. « Après l’étape liée au sauvetage du club, il faut maintenant bâtir une équipe autour d’un budget rationnel et cohérent ».

Le challenge est désormais dans les mains d’Eric Bartecheky qui va devoir, autour de Giovan Oniangue, Vitalis Chikoko et Gérald Ayayi, les trois pros encore sous contrat, construire une équipe la plus compétitive possible sans gros moyens, vraisemblablement composée de huit pros et deux espoirs, pour viser un maintien raisonnable. Après ces dernières semaines dignes d’une série Z on n’en demandera pas plus. Reprise du championnat le samedi 24 septembre au Palais face à Strasbourg !

Pierre Seillant : » C’est une excellente nouvelle »

Tracassé par le sort de « son » club menacé de dépôt de bilan, Pierre Seillant, le “Prési” de 1967 à 2008 et président d’honneur depuis, s’est dit « extrêmement soulagé » en apprenant la nouvelle du sauvetage. « Dans ces moments difficiles, j’ai toujours eu une pensée pour Pierre Seillant », reconnaît David Bonnemason-Carrère. « C’est la première personne que j’ai informée quand la décision est tombée »
« C’est une excellente nouvelle », validait Pierre Seillant. « Cela prouve que le travail a été très bien fait par David Bonnemason et Thierry Braillard qui représentait le repreneur. Le club est sauvé, son Palais des sports aussi alors qu’on pouvait craindre le pire. Je suis soulagé que le club continue à vivre et pas simplement à survivre. »

#Basket #lElan #Béarnais #sauvé #buzzer

Leave a Comment

Your email address will not be published.