Les notes du Grand Prix de France

Les notes du Grand Prix de France

Si Max Verstappen est encore loin d’être à nouveau champion du monde, la route vers son second titre s’est un peu plus ouverte ce dimanche, au Castellet, après les nouveaux déboires vécus par Ferrari. Pour le reste, difficile de croire que Liberty Media ait été convaincu par le scénario de la course pour renouveler le contrat avec le circuit Paul-Ricard. Dommage pour Alpine qui avait le sourire à domicile, au contraire de Pierre Gasly.


Modififié

Max Verstappen

Donner une note

Plus les Grand Prix passent, et plus le Néerlandais semble conduire comme un vétéran de 34 ans. Ne soyez pas surpris de le voir célébrer son 11e titre de champion du monde en 2035.

Lewis Hamilton

Donner une note

Une deuxième place pour son 300e GP que le Britannique embrasse avec grand plaisir. En attendant – enfin – une victoire avant la fin de saison ?

George Russell

Donner une note

Le petit George a eu le droit aux remontrances de Tonton Wolff en pleine course. Avec effet immédiat : un premier double podium cette saison pour Mercedes. Les Flèches d’argent sont de retour.

Sergio Pérez

Donner une note

Comme sa place à l’arrivée. Battu à la régulière par une Mercedes ainsi qu’une Ferrari partie P19 et enfumé comme un bleu par Russell. Sale gueule de bois.

Carlos Sainz Jr.

Donner une note

Heureusement que Carlos était là pour nous envoyer du spectacle durant la course. Big bisous.

Fernando Alonso

Donner une note

Trop fort pour les autres, mais trop loin des plus forts. Geraint Thomas.

Lando Norris

Donner une note

Il voulait rendre les fans français heureux. En passant sa course derrière l’Alpine d’Alonso, il a parfaitement tenu parole.

Esteban Ocon

Donner une note

Un peu comme le caïd qui aime malmener le petit faible de l’école, le Français a passé sa course à martyriser Ricciardo. Un homme qui sait offrir du spectacle à son public.

Daniel Ricciardo

Donner une note

Avec tous les coups de vent qu’Ocon lui a envoyé dans la tronche, il n’a pas eu trop de mal à combattre la chaleur ce dimanche.

Lance Stroll

Donner une note

Son comportement à la Räikkönen à la radio lui a-t-il fait pousser des ailes ? Le Canadien peut en tout cas souffler : un point et une course finie devant son coéquipier.

Sebastian Vettel

Donner une note

Vainqueur de la plus belle image du week-end, au volant de la Green Pea, l’originale Aston Martin de 1922, pour fêter les 100 ans de l’écurie en course.

Pierre Gasly

Donner une note

Les week-ends se suivent et se ressemblent pour Pierre. Malheureusement.

Alexander Albon

Donner une note

Une nouvelle Williams pour une nouvelle vie ? Pas encore.

Valtteri Bottas

Donner une note

Frédéric Vasseur est peut-être un pro du pistolet à eau dans le paddock, mais c’est bien son écurie qui a pris l’eau dans la chaleur du Var ce week-end.

Mick Schumacher

Donner une note

L’état du grâce du fils prodigue s’est donc terminé sur un virage coupé d’un peu trop près en qualifications, puis sur un taquet glissé par Zhou en course. Dur retour à la réalité.

Guanyu Zhou

Donner une note

Une lente agonie jusqu’à la panne à quelques tours de l’arrivée.

Nicholas Latifi

Donner une note

Un petit spin et puis s’en va.

Kevin Magnussen

Note de la rédaction

Tour de France

Donner une note

Sa pénalité l’envoyant en fond de grille au départ ne présageait pas d’une grande course. Et son départ de fou furieux ne fut pas récompensé non plus. En même temps, les Danois ont déjà conquis la France à vélo cet été.

Yuki Tsunoda

Donner une note

Difficile de rouler avec des aérations latérales artisanales.

Charles Leclerc

Note de la rédaction

En fusion

Donner une note

Il faisait 33 degrés au Castellet et certainement 945 de plus dans le casque du Monégasque lorsque l’arrière-train de sa voiture a décroché et l’a envoyé dans le mur.

Par Fabien Gelinat

#Les #notes #Grand #Prix #France

Leave a Comment

Your email address will not be published.