Variole du singe : manque de moyens, créneaux de vaccination saturés... la stratégie contre le Monkeypox inquiète

Variole du singe : manque de moyens, créneaux de vaccination saturés… la stratégie contre le Monkeypox inquiète

Le nombre de cas de variole du singe augmente en France et dans le même temps, le public cible de la vaccination s’inquiète de la gestion de la situation. De leur côté, les associations de prévention réclament davantage de transparence aux autorités.

La variole du singe préoccupe sérieusement. Le dernier bilan de Santé publique France daté du 21 juillet fait état de de 1 567 cas confirmés en France confirmés d’infection. Une hausse qui comprend un “rattrapage des données” et qui “ne doit pas être interprété comme une augmentation exceptionnelle bien qu’une tendance à la hausse soit néanmoins constatée”, soulignait l’organisme ce jeudi.

La vaccination, ce parcours du combattant

Pour autant, face à augmentation du nombre de cas, le gouvernement a décidé d’agir en élargissant le 8 juillet la vaccination aux personnes les plus exposées aujourd’hui aux infections, à savoir “les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes [HSH] et les personnes trans rapportant des partenaires sexuels multiples, les personnes en situation de prostitution, les professionnels des lieux de consommation sexuelle”. 

Or, problème : les rendez-vous sont saturés, comme l’indique Le Nouvel Obs. Résultat : certains sont contraints de multiplier les appels dans des centres loin de chez eux pour trouver un créneau. De plus, il faut attendre 28 jours entre la première et la seconde dose, et que le vaccin ne fait effet que deux semaines après cette dernière.

“Les créneaux ont été rapidement saturés, fautes de doses disponibles”, confirme Marc Dixneuf chez franceinfo. Le directeur général de l’association Aides, qui s’emploie à relayer les dernières informations sur la maladie, notamment via les réseaux sociaux, pointe du doigt le manque de cohérence sur les informations concernant la vaccination. “C’est très variable d’une région à l’autre. Certaines agences régionales de santé (ARS) communiquent sur leur site la liste des lieux qui proposent la vaccination contre le monkeypox, quand d’autres se contentent de renvoyer vers la plateforme Sida info service”, déplore-t-il.

? [THREAD #MonkeyPox]?

La #VarioleDuSinge continue de se propager, notamment chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes. Au 12 juillet 2022 à 14h00, 912 cas ont été confirmés.

?Nouveau thread sur nos recommandations et revendications

— Association AIDES (@assoAIDES) July 13, 2022

Concernant les stocks de vaccins disponibles, la DGS précisait jeudi à nos confrères que depuis le début de la vaccination 30 000 doses ont été déstockées, et 20 000 ont été livrées à ce jour. Ces livraisons continuent de se faire au fur et à mesure, selon les remontées des besoins des centres de vaccination. La Commission européenne a en tout cas annoncé lundi l’achat de 54 530 doses supplémentaires du vaccin au laboratoire danois Bavarian Nordic.

Manque de ressources

En France, il existe 120 centres (la liste est disponible www.sante.fr/monkeypox). Pour autant, certains peuvent prendre des rendez-vous mais n’ont pas les capacités de vacciner immédiatement, précise Le Nouvel Obs. La Direction générale de la Santé évoque chez nos confrères un manque de “ressources humaines et organisationnelles”.

À Montpellier par exemple, trois lieux permettent la vaccination contre la variole du singe. Mais ce sont les seuls dans l’Hérault.

Marc Antoine Bartoli redoute pour sa part que ces débuts balbutiants se paient en nombre de contaminations : “On risque de payer très cher ce retard à l’allumage à la rentrée : la plupart des patients ont besoin de recevoir deux doses espacées de 28 jours et ne sont protégés de manière optimale que deux semaines après la deuxième injection. Les vaccinés d’aujourd’hui ne seront immunisés qu’en septembre”, rappelle le coordinateur prévention d’Act-Up Paris au micro de franceinfo, qui redoute de voir la courbe des contaminations grimper dans les prochaines semaines.

\ud83d\udd34 DIRECT – \ud83d\udde3 Vaccination contre la variole du singe : trop long au démarrage ? \u27a1\ufe0f “Très clairement, on manque de créneaux” pour la vaccination, explique Marc-Antoine Bartoli, coordinateur prévention à Act Up Paris. “Le premier créneau que j’ai vu, c’est le 6 septembre.” pic.twitter.com/bpvcgV595V

— franceinfo (@franceinfo) July 22, 2022


#Variole #singe #manque #moyens #créneaux #vaccination #saturés #stratégie #contre #Monkeypox #inquiète

Leave a Comment

Your email address will not be published.