PSG/Urawa Red Diamonds (3-0), les enseignements

PSG/Urawa Red Diamonds (3-0), les enseignements

Le PSG s’est imposé 3-0 contre les Urawa Red Diamonds pour son troisième match amical de l’été grâce à des buts de Sarabia, Mbappé et Kalimuendo. Retour sur les enseignements de la rencontre en quelques points.

Galtier a largement fait tourner :

C’était annoncé et attendu mais Christophe Galtier a procédé à une très large revue d’effectif ce samedi avec un seul titulaire du match précédent qui enchaînait, à savoir Kylian Mbappé. Les dix autres joueurs avaient changé, ce qui signifie que l’équipe dite des titulaires aligné lors du précédent match n’était pas de sortie. La plupart se sont contentés d’entrer en jeu, que ce soit pour une mi-temps, une demi-heure ou vingt minutes à peine.

La composition du PSG contre Urawa : Navas (Rico, 58e) – Kehrer (Ramos, 71e), Danilo (Marquinhos, 71e), Diallo (Kimpembe, 71e) – Dina Ebimbé (Hakimi, 71e), Zaïre-Emery (Vitinha, 71e), Verratti (Gueye, 46e), Bernat (Mendes, 71e) – Sarabia (Kalimuendo, 46e) – Mbappé (Neymar, 58e), Icardi (Messi, 58e)

Au final, ce sont trois équipes mixtes qui ont joué la partie côté parisien, Verratti et Mbappé dans l’équipe de départ très remaniée pouvant difficilement être considérés comme autre chose que des titulaires en puissance. On notera d’ailleurs la première sortie cette saison de Verratti ainsi que la première titularisation de Zaïre-Emery. Et contrairement au précédent match où Gueye avait joué l’intégralité de la partie, aucun joueur n’a joué plus de 71 minutes ce samedi.

Un 3-4-1-2 avec deux vraies variations :

L’entraîneur du PSG Christophe Galtier a continué d’aligner une équipe parisienne en 3-4-1-2 malgré l’absence de plusieurs joueurs clés du dispositif : Danilo avait repris le rôle de Marquinhos dans l’axe de la défense, Dina Ebimbe était une nouvelle fois le piston droit de service tandis que c’est Sarabia qu’on a retrouvé dans le rôle de Messi en position de milieu offensif axial. Sur le papier, le dispositif était donc totalement dans la continuité.

Mais le match a montré a deux réelles innovations par rapport aux derniers matches. En défense centrale, aussi bien Danilo que Marquinhos par la suite n’ont jamais hésité à quitter le poste de défenseur central pour monter d’un cran, que ce soit au moment de relancer ou de défendre. Le prétendu libéro s’est ainsi régulièrement retrouvé devant ses deux stoppeurs. Pour Marquinhos, c’était un retour dans le rôle imaginé par Thomas Tuchel qu’il avait occupé avec brio lors d’un Lille/PSG de décembre 2020 (0-0), un LOSC alors dirigé par Galtier.

L’autre innovation tactique du jour était en attaque en début de seconde période, entre la sortie de Sarabia (46e) et l’entrée de Messi (58e). Le PSG a alors évolué avec trois attaquants plus ou moins étalés sur la largeur : Mbappé à gauche, Icardi dans l’axe et Kalimuendo à droite. Cela n’a pas franchement été une réussite, Paris ne se procurant pratiquement aucune occasion dans ce qui était un 3-4-3 franchement pas fonctionnel. Suite à l’entrée de Messi et Neymar, le PSG a repris son système du moment, même s’il a parfois été compliqué de comprendre qui de Messi ou de Neymar était le n°10, comme lors du précédent match.

Du mieux en attaque, toujours des difficultés en défense :

Après deux premiers matches franchement peu emballant offensivement, le PSG s’est enfin créé plus d’occasions. Les dix premières minutes ont certes été complètement ratées, une partie de la seconde période guère meilleure, mais le PSG a dans l’ensemble plutôt réussi un bon match dans ses intentions offensive. Que ce soit via les géniales inspirations de Verratti ou Mbappé en première période, via les ouvertures de Neymar et Messi en seconde, il y a eu plus de variété dans le jeu parisien et quelques jolis mouvements qui ont permis de générer des occasions de but. La répartition des meilleurs joueurs sur la durée du match semble d’ailleurs avoir été bénéfique au collectif parisien en général.

Tout n’est pas parfait pour autant et le PSG a une nouvelle fois concédé de très nombreuses occasions même si l’adversaire a encore été très maladroit, ou plutôt que les gardiens parisiens ont surtout été très bons. Les occasions sont dans l’ensemble venues de deux types d’actions très distinctes : des erreurs de relance des joueurs parisiens qui étaient sous l’eau face au bon pressing adverse ou des contre-attaques suite à des pertes de balle parisiennes haut sur le terrain. Et si les premières semblent plutôt faciles à corriger, les secondes sont un problème récurrent depuis le début de la préparation.

Quelques performances individuelles à retenir, notamment la première de la paire Verratti/Zaïre-Emery :

Dans les buts, Keylor Navas a été l’auteur d’une performance très complète en étant régulièrement sollicité tandis que Sergio Rico, entré pour la dernière demi-heure, a probablement été l’auteur du plus bel arrêt du match. Devant eux, aucun joueur ne s’est vraiment mis en évidence de façon continue même si Danilo a fait de bonnes choses dans le rôle hybride évoqué ci-dessus. Sur les côtés, tous ont été été sur courant alternatif sauf Mendes qui a signé une grosse entrée.

Dans l’entrejeu, c’est la première association de Verratti et Zaïre-Emery qui aura été la plus belle satisfaction du match. Les deux joueurs n’ont pas forcément beaucoup joué ensemble à s’échanger des passes comme à la plus belle époque de Motta/Verratti mais c’est la complémentarité de leurs profils qui a sauté aux yeux. A l’Italien la maîtrise du ballon et du tempo, au Français les courses vers la surface, les passes rapides pour enclencher les attaques et les duels défensifs plus durs. Ajoutez à ce joli cocktail une activité défensive réelle et une capacité à résister au pressing que les deux partagent et le cocktail donne très envie d’être regoûté.

En attaque, Kylian Mbappé a montré au curieux public japonais à quel point il est un joueur différent à chacune de ses accélérations. L’ex-marseillais Sakai avait possiblement prévenu ses coéquipiers, ils ont quand même pu sentir la foudre leur tomber dessus. A ses côtés, Sarabia a encore su tirer profit de son temps de jeu d’un superbe but. Kalimuendo a encore marqué mais moins brillé dans le jeu tandis que Neymar a commencé très doucement mais fini fort. 

NB : Source des images PSG.fr

 


#PSGUrawa #Red #Diamonds #les #enseignements

Leave a Comment

Your email address will not be published.