Centre de vaccination de Châteaubriant (Loire-Atlantique) accueille les personnes souhaitant se faire vacciner contre le Covid sans rendez-vous, de 17h30 à 18h30.

Covid-19 et règles : les femmes vaccinées ayant observé des troubles invitées à se déclarer

Nombreuses sont les femmes à témoigner de changements dans leur cycle menstruel après avoir été vaccinées. (©L’Éclaireur de Châteaubriant)

Des règles en avance ou très en retard, des saignements abondants, des douleurs inhabituelles, un syndrome prémenstruel très violent… Depuis l’apparition des premiers vaccins anti-Covid et le lancement de la campagne vaccinale, nombre de femmes ont relevé des changements dans leur cycle menstruel.

Selon les dernières données des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) datées du 28 avril 2022 et relayées par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), 9 381 cas de troubles menstruels ont été recensés après vaccination avec le Comirnaty de Pfizer-BioNTech et 1 557 avec le vaccin Spikevax de Moderna.

Et le nombre de témoignages pourrait encore croître. Depuis ce mardi 19 juillet 2022, l’ANSM appelle en effet les femmes vaccinées (première, seconde, troisième dose ou dose de rappel) ayant observé des troubles dans leurs règles à les déclarer.

Une plateforme de signalement en ligne

Les femmes réglées ayant des anomalies depuis leur vaccination contre le Covid, telles que des changements dans « la fréquence et l’intensité des saignements », des saignements apparaissant entre deux cycles (aussi appelés métrorragie) ou encore des douleurs anormales, sont invitées à se faire connaître des autorités sanitaires.

Elles peuvent soit consulter leur médecin traitant – qui, s’il l’estime, pourra procéder à des « examens complémentaires » – ou à signaler leurs troubles sur le portail signalement.social.sante.gouv.fr, rattaché au ministère de la Santé.

En déclarant les effets indésirables qui ne sont pas encore connus, vous contribuez à renforcer les connaissances sur les effets indésirables.

Ministère de la Santé

Pour vous accompagner dans votre déclaration, l’ANSM a par ailleurs publié en ligne un guide d’aide détaillé. Vous pouvez le retrouver en cliquant ici ou le consulter ou le télécharger ci-dessous.

Vidéos : en ce moment sur Actu

Afficher ou télécharger le fichier.

Comment je fais pour déclarer ?

Si vous passez par le portail de signalement, voilà comment fonctionne cette plateforme (et c’est très simple). Sur la page d’accueil, vous indiquez si vous êtes un particulier ou un professionnel de santé.

Vous accédez ainsi à un questionnaire, dans lequel vous devrez cocher la situation qui se rapporte la plus à la vôtre : si vous pensez que les effets secondaires sont dus à un médicament / vaccin (dont les vaccins anti-Covid), à un matériel ou dispositif médical, ou enfin à un médicament à usage vétérinaire.

Vous pouvez par ailleurs renseigner un ou plusieurs éléments, si vous estimez qu’ils sont tous liés à l’événement indésirable que vous souhaitez signaler.

Une fois arrivé au bout de ce court questionnaire, votre demande sera prise en charge par un expert du centre régional de pharmacovigilance. Il pourra être amené à vous recontacter pour compléter l’enquête.

Aucun lien officiel

Les témoignages continuent d’affluer depuis la mise sur le marché des vaccins anti-Covid – le premier a été celui développé par Pfizer-BioNTech et autorisé le 21 décembre dernier.

Sur les réseaux sociaux, des comptes ont même été spécialement créés pour recenser les potentiels effets secondaires des vaccins sur les règles – à l’image de @ouestmoncycle sur Twitter (plus de 15 000 abonnés).

Plusieurs études semblent depuis aller dans le sens d’effets secondaires pouvant être imputés à la vaccination. La dernière en date a été menée par l’Université de l’Illinois de la Washington University School of Medicine, parue le 15 juillet dernier dans la revue Science Advances.

Cette enquête, basée sur les témoignages de près de 40 000 femmes entièrement vaccinées, évalue à 42 % le nombre de personnes réglées ayant eu des saignements plus abondants que d’habitude après avoir été vaccinées.

Un vingtaine de centres de vaccination seront bientôt accessibles à Paris pour lutter contre la nouvelle vague de Covid-19.
Nombreuses sont les femmes à témoigner de changements dans leur cycle menstruel après leur première, seconde ou troisième dose. (©Illustration / La Gazette du Val-d’Oise)

Si les autorités sanitaires promettent étudier encore la question, pour l’heure, toujours aucun lien officiel n’a été établi entre vaccin et troubles menstruels.

Des données « insuffisantes »

Le comité de pharmacovigilance de l’Agence européenne du médicament (Ema) estime ainsi, dans des conclusions rendues le 10 juin 2022, qu’aucun lien n’a été trouvé entre les vaccins à ARN messager et l’absence de menstruation.

Dans l’ensemble, [le comité de pharmacovigilance] a considéré que les données disponibles ne justifient pas l’association causale et une mise à jour des informations sur le produit pour l’un ou l’autre des vaccins.

Agence européenne du médicament Ema

Même son de cloches du côté de l’ANSM. Dans son dernier point daté du 19 juillet 2022, l’agence indique qu’à ce jour, « les données disponibles ne permettent pas de décrire le mécanisme de survenue de ces troubles du cycle menstruel. »

Sur les notices des différents vaccins autorisés en France – Pfizer-BioNTech, AstraZeneca, Moderna, Janssen et dernièrement Novavax -, rien n’indique d’éventuels effets secondaires sur le cycle menstruel. « Les professionnels de santé ont expliqué qu’ils voyaient en pratique peu de cas graves de troubles menstruels et qu’il était difficile de les analyser car ils étaient souvent peu documentés », justifie l’ANSM.

Dans leur expérience, la majorité des troubles menstruels observés étaient généralement non graves, de courte durée et spontanément résolutifs.

Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santéANSM

Le système immunitaire en jeu

Plusieurs hypothèses ont toutefois été avancées par l’ANSM pour tenter d’expliquer ces dérèglements. Parmi elles, la réactogénicité (fièvre, maux de tête, nausées…) provoquée par la vaccination qui « pourrait, comme lors d’une infection, influer sur les hormones impliquées dans le cycle menstruel », précise l’autorité.

En effet, comme nous l’avait expliqué dans ce précédent article le Dr Israël Nisand, président du Collège national des gynécologues obstétriciens français, le cycle menstruel féminin est régi à la fois par les hormones et à la fois par le système immunitaire. Stimuler notre immunité avec un vaccin pourrait donc toucher à notre système hormonal.

Le cycle menstruel des femmes est mis à rude épreuve par le confinement.
Stimuler notre immunité avec un vaccin pourrait donc toucher à notre système hormonal. (©Illustration / AdobeStock)

Autre piste évoquée : des dérèglements provoqués par la vaccination, mais aussi le contexte sanitaire assez anxiogène.

Toutes les femmes le diront : les règles portent très mal leur nom ! Elles ne sont pas toujours régulières et peuvent être influencées par tout un tas de choses, comme le sommeil ou le stress.

Dr Israël NisandPrésident du collège national des gynécologues obstétriciens français

La campagne vaccinale se poursuit

Les enquêtes vont toutefois se poursuivre, promettent les autorités sanitaires, en parallèle de la poursuite de la vaccination.

Désormais, le gouvernement mise sur les doses de rappel, avec l’élargissement, depuis ce mercredi 20 juillet, de la seconde dose de rappel à cinq millions de personnes. Portant à 17 millions le nombre total de personnes qui y sont éligibles.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.


#Covid19 #règles #les #femmes #vaccinées #ayant #observé #des #troubles #invitées #déclarer

Leave a Comment

Your email address will not be published.