Tour de France 2022 : Vingegaard affaibli, le maillot à pois disputé, une victoire française encore attendue... Les enjeux de la dernière semaine

Tour de France 2022 : Vingegaard affaibli, le maillot à pois disputé, une victoire française encore attendue… Les enjeux de la dernière semaine

Alors que la Jumbo-Visma était encore au complet avant l’étape entre Rodez et Carcassonne, la formation néerlandaise du maillot jaune a perdu deux équipiers de premier plan pour Jonas Vingegaard, dimanche 17 juillet, avec les abandons de Primoz Roglic et de Steven Kruijswijk. De quoi destabiliser le coureur danois lors de la dernière semaine du Tour de France ?

Tadej Pogacar tentera, en tout cas, de retrouver son maillot jaune lors dans les Pyrénées. Le Slovène est également toujours en course pour le maillot à pois, tunique qui sera convoitée par beaucoup de coureurs lors des ultimes étapes de montagne. 

Le maillot jaune : qui pour se mêler au duel Vingegaard-Pogacar ?

Vainqueur en solitaire au Col du Granon, Jonas Vingegaard a marqué les esprits dans la deuxième semaine du Tour de France. Avant d’entamer les dernières étapes, le Danois compte 2’22” d’avance sur Tadej Pogacar au classement général. Et si les deux hommes semblent intouchables, Yoann Offredo, consultant de France Télévisions, estime qu’ils pourraient tout de même être bousculés : “Dans l’équipe Jumbo-Visma, Primoz Roglic a abandonné, Steven Kruijswijk est tombé et a abandonné aussi. La chaleur et le Covid-19 s’en mêlent, il peut y avoir des chutes, donc, pour moi, la victoire ne se jouera pas forcément qu’entre Vingegaard et Pogacar. Les deux peuvent avoir une défaillance, comme Pogacar au Granon, donc on n’est pas à l’abri que d’autres coureurs se mêlent à la lutte.” 

Malgré la perte de deux précieux lieutenants, Jonas Vingegaard dispose toujours d’une équipe très solide, à même de contrôler la course pour conserver son maillot jaune. “Si Pogacar veut gagner, il va falloir isoler Vingegaard de son équipe, car il reste des mecs très costauds comme Wout van Aert qui roule en montagne, Christophe Laporte et Sepp Kuss qui marchent très bien. À la pédale, Pogacar n’a pas encore réussi à distancer Vingegaard, qui reste dans la roue, donc il va falloir sélectionner les étapes les plus dures pour revenir au plus près, car il ne pourra pas boucher 2’30 sur le contre-la-montre”, analyse Yoann Offredo. 

Et qui pourrait titiller ces deux leaders du classement général ? Geraint Thomas ne compte que 21 secondes de retard sur Tadej Pogacar, mais le consultant joue la carte française : “Romain Bardet a l’air d’être vraiment bien, posé. Il a fait très peu d’erreurs depuis le début, et il peut être sur le podium.” 

Le maillot à pois : la bataille la plus ouverte 

Porté par Simon Geschke depuis la 9e étape, le maillot à pois est la tunique à laquelle peuvent prétendre le plus de coureurs dans cette dernière semaine. L’Allemand de l’équipe Cofidis risque de faire face à une forte concurrence pour rapporter ce maillot à Paris, puisque les coureurs s’apprêtent à grimper six cols de première catégorie, au sommet desquels les premiers récolteront 10 points, et deux cols hors-catégorie, qui rapportent 20 points.

Simon Geschke affiche, à ce stade, 46 points au classement de la montagne, mais il ne compte que 20 points d’avance sur Tadej Pogacar, neuvième. “Geschke n’est pas solidement installé, peut-être qu’on va voir un Thibaut Pinot se lancer pour aller chercher des points, imagine Yoann Offredo. Dans la mesure où les points ne sont plus doublés au sommet, ce n’est plus forcément un leader au général qui domine le classement de la montagne. Je pense qu’il va y avoir une belle bataille. On l’a encore vu samedi, Quinn Simmons a disputé les points à Simon Geschke, et des Français peuvent aussi le jouer”. 

Une victoire française qui se fait de plus en plus hypothétique

Aucune victoire française sur le Tour de France ? Cela n’est arrivé que deux fois en 108 éditions, la dernière en 1999. Après quinze étapes, aucun Tricolore n’a encore levé les bras sur cette Grande Boucle 2022, et il n’en reste que six pour corriger cette anomalie. Pourtant, Yoann Offredo n’est pas très optimiste : “On n’aura certainement pas de victoire française sur le Tour cette année. Thibaut Pinot est notre meilleure chance, mais il n’aime pas la chaleur, David Gaudu et Romain Bardet sont trop bien classés au général pour s’échapper et gagner une étape.” 

Comment expliquer cette disette du clan tricolore ? “Le problème c’est que le meilleur sprinteur français, Arnaud Démare, a performé sur le Giro et n’est pas là, et le meilleur puncheur français, Julian Alaphilippe, n’est pas là non plus”, répond le consultant France Télévisions. Nul doute que Romain Bardet aura tout de même à coeur de rééditer sa performance, mercredi, à Peyragudes, où il s’était imposé en 2017. 


#Tour #France #Vingegaard #affaibli #maillot #pois #disputé #une #victoire #française #encore #attendue #Les #enjeux #dernière #semaine

Leave a Comment

Your email address will not be published.