Breel Embolo à Monaco, la recrue de trop ?

Breel Embolo à Monaco, la recrue de trop ?

Alors que le départ d’Aurélien Tchouaméni n’a toujours pas été compensé, l’AS Monaco s’est offert sa deuxième recrue estivale. Arrivé du Borussia Mönchengladbach, Breel Embolo débarque en effet sur le Rocher pour renforcer un secteur offensif déjà surpeuplé où il tentera de se faire une place.

À une époque où l’écologie doit être érigée en priorité, il n’est pas rare de ressortir de certaines enseignes populaires avec un ticket de caisse long comme le bras. Sur celui-ci, la facture évidemment. Mais aussi tout un tas d’informations qui laissent souvent songeur, quant à l’utilité de celles-ci. Plutôt que de les réduire au strict minimum afin d’économiser du papier, nombre de magasins les allongent de plus en plus, allant même jusqu’à offrir leur dos à des publicitaires. Autant d’éléments qui font que ces bouts de papier dépassent allègrement la taille réglementaire qui devrait leur être dévolue.

Le secteur offensif de l’AS Monaco ressemble comme deux gouttes d’eau, justement, à ces foutus tickets de caisse : trop long, et surchargé. Wissam Ben Yedder, Kevin Volland, Myron Boadu, Gelson Martins, Krépin Diatta, Takumi Minamino, Sofiane Diop ou encore Aleksandr Golovin et désormais Breel Embolo, fraîchement débarqué du Borussia Mönchengladbach. Une liste impossible à lire sans reprendre son souffle, parmi laquelle Philippe Clement devra désormais piocher quatre (voire cinq) noms pour former son onze.

Embolo (doit) compter

« Son profil apporte un atout supplémentaire parmi nos options offensives, et ajoute plus de profondeur à l’équipe afin de bien aborder le calendrier chargé qui nous attend » , s’est réjoui Paul Mitchell, directeur sportif des Asémistes, en conférence lors de la signature de sa nouvelle recrue. Pourtant, au moment de dresser le bilan de la saison dernière et d’aborder le mercato estival en cours, l’Anglais avait annoncé « trois à cinq recrues » à la mi-juin. Parmi celles-ci, l’ancien de la galaxie Red Bull avait alors ciblé un élément offensif, un milieu défensif (sans doute pour remplacer Aurélien Tchouaméni), un défenseur et éventuellement un gardien. Or, depuis, les Rouge et Blanc n’ont enregistré que deux renforts : Minamino et Embolo. Deux profils tournés vers l’attaque, qui viennent rejoindre un effectif déjà plus que garni.

À la différence près que le Suisse possède un profil dont l’ASM ne dispose pas. « C’est un joueur hors norme avec des qualités de vitesse et de puissance exceptionnelles, mais qui sait aussi jouer pour les autres » , s’enthousiasmait Didier Tholot en 2016 alors qu’il entraînait le FC Sion et que le jeune attaquant évoluait au FC Bâle, dans des propos rapportés par Eurosport. Il n’a depuis sans doute pas atteint les hauteurs qui lui étaient alors promises, mais il n’en demeure pas moins un joli renfort. Seule son efficacité face aux cages vient ternir régulièrement l’image donnée par l’ancien joueur de Schalke 04 : en effet, ses 25 petits pions en 106 parties disputées avec les Fohlen n’incitent pas à l’optimisme dans un secteur où l’ASM compte son artilleur en chef Ben Yedder (mais aussi le maladroit Martins). Sa polyvalence – il peut évoluer en pointe comme sur les ailes – offre également de nouvelles perspectives à Philippe Clement. Surtout, le Belge va pouvoir rapidement intégrer sa nouvelle recrue dans sa rotation, alors qu’un calendrier démentiel (potentiellement neuf matchs en août) attend ses hommes dès la reprise.

Abondance de biens pourrait nuire

Il n’en reste pas moins qu’à force d’empiler des talents sur le front de l’attaque sans avoir encore compensé le départ de l’indispensable Tchouaméni, le club du Rocher va sans doute devoir dégraisser. Parmi la foule des prétendants, deux noms se détachent : Gelson Martins et Sofiane Diop. Le premier, arrivé à l’hiver 2019 contre la rondelette somme de 30 millions d’euros, peine à réellement s’imposer. Souvent titulaire par défaut – avec Diatta, il est le seul à avoir ce profil d’ailier capable de déborder en vitesse -, l’ancien de l’Atlético de Madrid manque de régularité. « Chez lui, il y a encore parfois trop de hauts et de bas au cours d’un même match ou d’un match à l’autre » , commentait d’ailleurs Philippe Clement au mois de mars, face à la presse. Réputé bon dribbleur, le Portugais se montre trop souvent brouillon et s’emmêle régulièrement les pinceaux au moment de conclure.

Pour l’international espoirs français, la donne est toutefois différente. Courtisé par de nombreux clubs – Nice et Leicester seraient intéressés -, l’ancien Rennais pourrait être tenté d’aller chercher ailleurs le temps de jeu que le coach belge ne lui accordait plus en fin de saison dernière. Une situation frustrante pour le jeune joueur, qui l’évoquait dans L’Équipe : « J’ai dû prendre sur moi, c’était une période formatrice. Je voulais apporter de la concurrence au quotidien, montrer que je n’étais pas à la cave. Rester concentré, me donner au maximum aux entraînements, il n’y avait rien d’autre à faire. » Brillant lors de la saison 2020-2021, Diop représente tout de même de belles promesses pour l’avenir et le voir partir serait une mauvaise nouvelle pour les Monégasques qui ne disposent finalement que de peu d’éléments créatifs devant (trois avec Golovin, Minamino et Diop). Pourtant, et malgré un calendrier bien rempli, le club du Rocher va devoir faire du ménage dans son attaque. Et ce, afin de garder un effectif cohérent tout en ne s’exposant pas aux états d’âme d’éléments qui passeraient trop de temps sur le banc à leur goût. Une condition non négligeable pour aborder cette nouvelle saison dans les meilleures dispositions.

Par Florian Porta


#Breel #Embolo #Monaco #recrue #trop

Leave a Comment

Your email address will not be published.