Mondiaux d’athlétisme : en lancer de marteau, Quentin Bigot échoue au pied du podium

Mondiaux d’athlétisme : en lancer de marteau, Quentin Bigot échoue au pied du podium

Il échoue d’un rien malgré sa constante progression. Après avoir goûté aux joies d’un podium lors des Mondiaux de Doha, en 2019, Quentin Bigot doit cette fois se contenter d’une place d’honneur. Quatrième mondial à Londres en 2017 et cinquième des Jeux olympiques l’an passé, à Tokyo, le lanceur de marteau lorrain retrouve la plus mauvaise place de la finale, quatrième, samedi 16 juillet à Eugene, en Oregon (Etats-Unis).

Dans une discipline en pleine expansion et qui offre une densité rare, il a fallu franchir la barrière des 80 mètres pour prétendre faire partie des trois meilleurs. Quentin Bigot y est parvenu (80,24 m). Mais cela s’est révélé insuffisant, il aurait dû battre son record personnel (80,55 m) pour monter sur un nouveau podium.

« C’est un peu mi-figue, mi-raisin. Forcément, un peu déçu de ne pas avoir ramené une breloque. Par contre, je suis fier du concours, d’une très bonne régularité, a-t-il confié. J’ai lancé à 80 mètres. Il n’y a pas beaucoup de lanceurs de marteau qui ont fait ça dans une finale des championnats du monde. 80 mètres le jour J, c’est costaud. »

Lire aussi : Mondiaux d’athlétisme : forte concurrence, mais peu de reconnaissance pour le lancer du marteau

Comme attendu et comme depuis dix ans, ce sont les lanceurs polonais qui ont dominé la compétition. Pawel Fajdek – quadruple champion du monde – a ajouté un cinquième titre à sa collection (81,98 m) et Wojciech Nowicki – champion olympique en titre – s’est emparé de la médaille d’argent (81,03 m). Le Norvégien Eivind Henriksen complète le podium, quelques dizaines de centimètres devant le lanceur tricolore : 80,87 m contre 80,24 m.

Ejecté du podium au 3e lancer

Vendredi, Bigot avait passé le cap des qualifications avec un jet à 77,95 mètres. Samedi, il avait lancé son concours avec un jet un cran au-dessus, 79,52 mètres. Il n’a occupé la tête qu’après le premier essai, le podium après deux jets et en a été éjecté au troisième. Au cinquième, alors qu’il flirtait avec les 80 mètres, il se prenait la tête entre les mains, conscient que malgré sa régularité à un très haut niveau, la récompense lui échappait.

Quatrième performeur mondial de la saison avant de débarquer en Oregon, le Français avait battu deux fois son record personnel en 2022 en atteignant pour la première fois 80 mètres : par deux fois avec 80,14 m le 29 mai à Forbach, puis 80,55 m le 5 juin à Chorzow (Pologne). En Oregon, il a réussi lors du troisième essai le deuxième meilleur jet de sa carrière.

Lire aussi JO de Tokyo 2021 : Quentin Bigot termine 5e d’une finale très élevée au lancer du marteau

Avant la compétition, il avait annoncé au Monde : « Une médaille se jouera au-delà des 80 mètres et peut-être autour de 81 ou 82 mètres. » L’ex-vice-champion du monde a eu le nez creux, mais il lui a une nouvelle fois manqué ce petit supplément qui transforme une déception en satisfaction. « Il n’y a pas de remise en question du tout. Le niveau mondial monte d’une manière dingue, mais je suis le niveau. Depuis que je m’entraîne avec Pierre-Jean [Vazel, son coach], je prends 1 mètre à 1,50 mètre par saison. On va continuer, a-t-il insisté. Quand on fait 80 mètres, on se sent bien (rires). »

Le Polonais Pawel Fajdek, quintuple champion du monde du lancer de marteau, lors de sa victoire aux Mondiaux d’athlétisme, le 16 juillet 2022.

Sa performance de Doha – 78,19 mètres – ne l’aurait positionné que 8e aujourd’hui. « Ma moyenne du concours est de 79,60 mètres. C’est le meilleur concours de ma vie. Il aurait fallu que je batte vraiment bien mon record pour aller chercher une médaille. »

Objectif Paris 2024

Conducteur de train de fret, le Messin ne va pas avoir le temps de ressasser trop longtemps cet échec. En août, il aura l’occasion de briser sa malédiction lors des championnats d’Europe de Munich. Dès l’an prochain, il sera à nouveau l’un des favoris lors des Mondiaux de Budapest, dernière étape avant le rendez-vous d’une carrière, les JO de Paris, en 2024.

Entraîné par Pierre-Jean Vazel depuis six ans, avec qui il forme un duo atypique et soudé depuis son erreur de jeunesse – une suspension pour dopage qui l’a éloigné des compétitions entre 2014 et 2017 –, Bigot ne dévie pas d’un pouce de son ambition. Il vise le titre olympique. « Je n’ai pas de limites à avoir. En 2024, pour les Jeux olympiques de Paris, on aimerait réaliser 83 mètres dans l’année, ce qui pourrait m’assurer le titre de champion olympique », déclarait-il avant les Mondiaux 2022.

L’un des plus petits gabarits du plateau, Quentin Bigot, est reconnu pour sa technique de lancer. Lui et son coach connaissent donc son axe de progression. Peut-être que les centimètres qui le séparent de podiums internationaux réguliers résident dans la prise de force pure.

« On dit parfois dans le milieu que je suis le meilleur technicien mondial. Par contre sur la force, je suis en dessous de tous mes concurrents », confiait-il en conférence de presse avant son entrée en lice. Aucune résignation dans ce constat puisqu’il en est certain : « La force peut s’acquérir jusqu’à 40, 45 ans sans problème. Tous les ans, je gagne en force. »

Pierre-Jean Vazel confirme : « On se projette sur Paris. Le marteau, c’est bien. Il n’y a pas de limite d’âge. Il a une marge de progression physique. Il n’y a rien de plus simple que de gagner en force, mais il faut trouver l’équilibre entre la force et le relâchement. »

L’équipe de France devra attendre pour remporter sa première médaille. Dimanche, sur le 110 mètres haies, Sasha Zhoya et Pascal Martinot-Lagarde représentent les prochaines chances tricolores. Un déclic précoce serait le bienvenu, pour éviter de revivre le cauchemar de Tokyo, où la première médaille olympique tarda à venir. La Fédération française n’échappa au zéro pointé que grâce à la 2e place de Kevin Mayer. Cette année, le décathlonien clôture le programme le dernier jour des Mondiaux, le 24 juillet.

#Mondiaux #dathlétisme #lancer #demarteau #Quentin #Bigot #échoue #aupied #dupodium

Leave a Comment

Your email address will not be published.