Trulli

Froome, la grosse polémique

Lors du Tour de France 2016, l’étape du 14 juillet avait été complètement folle. Retardé par une chute provoquée par une moto, Christopher Froome s’était retrouvé à pied dans le Ventoux. Et son reclassement avait fait grincer quelques dents.

Dans la grande histoire du Tour de France, on se souvient surtout des victoires françaises le 14 juillet, de Laurent Jalabert à Mende en 1995 et Richard Virenque à Saint-Flour en 2004, sans oublier le dernier en date, Warren Barguil à Foix en 2017.

Mais c’est aussi un 14 juillet qu’a eu lieu l’une des étapes les plus folles du Tour de France. C’était en 2016, et les coureurs devaient rallier ce jour-là Montpellier au Mont Ventoux. Toutefois, en raison d’un fort vent sur le sommet du géant de Provence, les organisateurs ont réduit le tracé de l’étape, jugeant l’arrivée au Chalet-Reynard, six kilomètres plus bas que prévu.

Froome à pied dans le Ventoux

Cela n’a pas empêché Thomas De Gendt de remporter l’étape en signant une échappée longue durée dont le Belge a le secret, mais c’est dans le groupe des favoris qu’un coup de théâtre s’est produit. Souvenez-vous: le Maillot jaune, Christopher Froome, obligé de grimper le Ventoux… à pied. Du jamais-vu.

Tout est parti d’une chute provoquée par une moto de l’organisation, gênée par l’incroyable foule qui se trouvai ce jour-là sur le Tour. Trois hommes s’étaient extirpés du groupe des favoris, Bauke Mollema, Richie Porte et donc Froome. Parmi eux, c’est donc le Britannique qui a été le plus ralenti, puisque son vélo était inutilisable. En attendant d’être dépanné, dans un bazar sans nom, le Maillot jaune a donc pris la décision de poursuivre à pied, dans un réflexe de survie mêlé à un moment de panique.

Froome, un reclassement qui fait polémique

Froome aurait perdu un temps fou s’il avait continué à pied jusqu’à l’arrivée (il lui restait 1,5 kilomètres à parcourir, avec des chaussures inadaptées) et il se serait mis en faute: un coureur est tenu de franchir la ligne avec son vélo, même en le tenant par la main. Le Britannique a finalement rallié l’arrivée avec 1’30 » de retard sur Mollema, et il aurait dû céder son maillot jaune à ce soir-là. Mais les commissaires l’ont sauvé en décidant de replacer Froome et Porte dans le même temps que Mollema, jugeant que cet incident de course avait été provoqué un problème d’organisation.

Résultat, Froome a même augmenté son avance au classement en général en prenant du temps à Adam Yates, Nairo Quintana ou encore Romain Bardet. Et cette petite fleur faite au Maillot jaune avait provoqué la colère de Mollema. « Froome et Porte ont de la chance, je pense, que je sois remonté sur mon vélo si vite et que je suis allé plein gaz jusqu’à l’arrivée, avait pesté le coureur de la Trek-Segafredo. Ils obtiennent mon temps maintenant, ou au moins le temps que nous avions à ce moment-là… »

Mollema en colère

Mollema se demande si Froome n’a pas eu droit à un traitement particulier de la part des commissaires de course. « Oui, c’est spécial, parce que normalement ce n’est pas la règle, mais ils ont fait une exception, et maintenant je me demande ce qu’ils vont faire la prochaine fois que quelqu’un d’autre sera bloqué, ou ce qu’ils auraient fait si j’étais le seul à tomber ? Je suis curieux de savoir s’ils auraient fait la même chose ? », s’est demandé le Néerlandais, dépité.

Le Tour s’est-il joué sur ce reclassement ? On ne le saura jamais, mais on peut noter que Mollema, longtemps dauphin de Froome au général, a craqué dans l’étape de Saint-Gervais-Mont-Blanc, perdant plus de quatre minutes sur tous les autres favoris.

Quatre minutes, c’est également l’avance que Froome s’est forgée sur ses rivaux, petit à petit, jusqu’à l’arrivée à Paris, en gagnant du temps notamment lors des chronos de la Caverne-du-Pont-d’arc et de Megève. On peut estimer que le Britannique n’avait pas besoin de ce petit coup de pouce pour remporter ce qui sera le troisième de ses quatre Tours de France.


#Froome #grosse #polémique

Leave a Comment

Your email address will not be published.