Euro de football 2022 : du respect (mais pas trop), des abandons à la chaîne et des bougies

Euro de football 2022 : du respect (mais pas trop), des abandons à la chaîne et des bougies

A l’affiche : France-Belgique

Les Bleues ont entamé leur Euro avec une victoire obtenue aisément face à l’Italie, le 10 juillet (5-1).

En ce jeudi 14 juillet, la France sera en fête. Elle pourrait l’être doublement à l’issue de ce match entre Françaises et Belges : première du groupe D, la sélection tricolore se qualifiera pour les quarts de finale en cas de victoire.

Lire aussi : Euro de football 2022 : les Bleues en quête d’un premier trophée majeur

Elle part amplement favorite face à une équipe qui participe seulement à son deuxième Championnat d’Europe. Après avoir décroché dimanche le match nul contre l’Islande (1-1), non sans efforts, les joueuses d’Ives Serneels ne s’avouent pas battues, et auront à cœur de résister à l’armada offensive bleue, elles qui peuvent toujours briguer la deuxième place de ce groupe.

« Comme tout le monde, on a toutes été impressionnées par la première mi-temps française contre les Italiennes, concédait mercredi l’attaquante des Red Flames Davinia Vanmechelen à la RTBF. On devra faire tourner le ballon et chercher la profondeur pour les éloigner de notre but. On devra aussi, le cas échéant, durcir le jeu et faire des fautes : montrer trop de respect ne mène nulle part… »

Mais la tâche s’annonce pour le moins compliquée. Lors de leur premier match dans la compétition, les Françaises ont effacé l’Italie avec une facilité déconcertante (5-1), portées par un trio d’attaquantes implacable (triplé de Grace Geyoro et buts de Marie-Antoinette Katoto et Delphine Cascarino).

Euro star : Grace Geyoro

Grace Geyoro célèbre le premier de ses trois buts inscrits face à l’Italie, le 10 juillet, au New York Stadium de Rotherham (Angleterre).

En observant la déroute des Norvégiennes face à l’Angleterre lundi (8-0), la Française Grace Geyoro a vu son record tout frais menacé par les assauts offensifs d’Ellen White et Beth Mead. La marche est pourtant haute : un triplé en championnat d’Europe en l’espace d’une mi-temps, exploit réalisé la veille face aux Italiennes.

Lire aussi : Euro féminin 2022 : la France écrase l’Italie pour son entrée dans la compétition

La milieu de terrain parisienne a vu sa prestation amplement saluée. « Elle a été exceptionnelle, à l’image de l’équipe, applaudissait la sélectionneuse Corinne Diacre au sortir de la rencontre. Elle a été au bon endroit, au bon moment (…). Pourvu que ça dure. » Même réaction pour l’arrière-droit des Bleues Eve Périsset : « Ce soir, on a pu constater à quel point elle est importante pour nous. »

Cette prestation remarquable et un état de forme exceptionnel laissent présager d’autres moments de grâce pour la native de la République démocratique du Congo, qui vient d’avoir 25 ans. A commencer par le match face à la Belgique, ce jeudi ?

Dans la lucarne : les abandons s’accumulent

Entre les cas de Covid-19, les blessées et les malades, la 13e édition de l’Euro a entraîné de nombreux abandons en un peu plus d’une semaine : une dizaine pour le moment, sans compter le cas du groupe helvète, largement touché par une épidémie de gastro-entérite.

La veille du match d’ouverture de la compétition, le 5 juillet, c’est la Ballon d’or 2021, Alexia Putellas, qui avait été contrainte de quitter l’équipe d’Espagne, victime d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche.

Entre lundi et mardi, la sélection des Pays-Bas a dû laisser partir à son tour une cadre, sa gardienne et capitaine Sari van Veenendaal, blessée à l’épaule lors de la rencontre face à la Suède, et isoler dans la foulée son attaquante vedette, Vivianne Miedema, testée positive au Covid-19.

Une accumulation d’abandons qui pourrait bien réduire les chances de victoire de certaines sélections au fil de la compétition.

Coin de ciel bleu : pleine lumière et anniversaire

Mercredi, à la veille du match des Bleues face à la Belgique, les Françaises ont célébré les 27 ans de Sandie Toletti (30 sélections). Autrice d’une passe décisive pour le cinquième but des joueuses tricolores contre l’Italie, l’ex-Montpelliéraine (de 2010 à 2020) s’est montrée en forme en ce début d’Euro.

Au milieu de terrain, dans l’ombre de Charlotte Bilbault et de Grace Geyoro, Sandie Toletti a su progressivement s’imposer, une confiance acquise à la faveur de son passage au club espagnol de Levante (2020-2022). Ces deux années lui auront permis de reprendre la lumière, et de gagner à nouveau les rangs de l’équipe de France.

Sans club depuis juin, la Gardoise est annoncée depuis quelques semaines sur les tablettes de la section féminine du Real Madrid : ce serait une montée en puissance et en gamme pour la vainqueure de l’Euro 2013 des moins de 19 ans.

Dans le rétro : la Suède et les Pays-Bas l’emportent

Les Suissesses ont été malades avant leur match, mais elles ont donné du fil à retordre aux Suédoises lors de la 2e journée du groupe C, mercredi. Et si ces dernières se sont imposées (2-1), il a fallu attendre la 53e minute pour qu’elles ouvrent le score, puis la 79e minute pour qu’elles fassent la différence, les Suissesses ayant égalisé à la 55e minute.

Les Suédoises se sont toutefois vues refuser deux buts et un pénalty après intervention de la VAR. Après le match nul initial contre les Pays-Bas, le match des vice-championnes olympiques contre le Portugal dimanche sera décisif pour la qualification pour les quarts de finale.

Les tenantes du titre néerlandaises ont, elles, difficilement battu les Portugaises 3 buts à 2 en soirée à Leigh, près de Manchester., et prennent la tête de ce groupe C grâce au nombre de buts marqués, devant la Suède (4 points).

Les « Oranje » ont marqué par la Lyonnaise Damaris Egurrola de la tête (7e), Stephanie van der Gragt également de la tête (16e) et par l’autre Lyonnaise Danielle van de Donk d’une frappe splendide en pleine lucarne (62e).

Les Portugaises, menées 2-0 comme lors de leur premier match contre la Suisse (2-2), sont revenues deux fois au score grâce à un penalty de Carole Costa (38e) puis une nouvelle tête, de Diana Silva (47e), avant de finalement s’incliner.


#Euro #football #respect #mais #pas #trop #desabandons #chaîne #desbougies

Leave a Comment

Your email address will not be published.