EN DIRECT - Chaos au Stade de France: le Sénat a rendu ses conclusions et n'épargne pas Darmanin et Lallement

EN DIRECT – Chaos au Stade de France: le Sénat a rendu ses conclusions et n’épargne pas Darmanin et Lallement

Darmanin réagit au rapport du Sénat

Interrogé au Sénat après le rapport de la commission, Gérald Darmanin répond:

“Nous avons pris connaissance ce matin du rapport de vos commissions et nous suivrons les recommandations du Sénat. Ces recommandations qui sont en trois parties, a expliqué le ministre de l’Intérieur. La première sur la billetterie avec la ministre des Sports car le Premier ministre nous a demandé d’appliquer auprès des organisateurs et nos propres organisations sportives ces billets infalsifiables. En terme d’ordre public ensuite, c’est un point important de votre rapport où la police doit être moins tournée vers l’hooliganisme et plus sur les mouvements de foule et la protection de nos concitoyens. Peut-être à l’exception de la garde montée à cheval, la quasi intégralité des propositions que vous faites doivent être suivies par le ministère de l’Intérieur et par la Préfecture de police. Le troisième sujet c’est celui de la délinquance où vous avez évoqué un constat qui était réel. Je reprends vos mots mais ce soir-là il y a eu des dysfonctionnements et des erreurs de préparation dont la Préfecture de police et le ministère de l’Intérieur doivent tenir des conséquences.”

Et d’enchaîner avec une promesse : “Dès la semaine prochaine, à la demande du Premier ministre et avec le ministre des Sports, nous réunirons l’ensemble des services du ministère de l’Intérieur pour mettre en place les recommandations du Sénat. Je propose avec le ministre des Sports et le préfet de police pour revenir devant la commission sénatoriale au lendemain de l’été pour savoir où nous en sommes dans notre préparation. Même si la comparaison avec les Jeux olympiques ou la Coupe du monde de rugby n’est pas forcément raison. Je tiens aussi à faire remarquer que trois matchs à enjeu se sont déroulés au Stade de France avec le même nombre de spectateurs depuis cette finale et je crois que les choses se sont passées le plus correctement du monde.”

La Première ministre Elisabeth Borne ne s’est pas exprimée malgré les attentes des sénateurs lors de la présentation du rapport.

C’est fini pour cette conférence de presse

Ainsi s’achève la conférence de presse présentant les travaux de la commission sénatoriale sur les incidents du Stade de France. Au-delà des recommandations à retrouver ici, il faut retenir l’appel des sénateurs au président Macron et à Elisabeth Borne.

Les élus demandent au chef de l’Etat et/ou au premier minitre de prendre la parole sur les événements du Stade de France.

Lors des questions au gouvernement au sénat ce mercredi après-midi une question sera posée sur le rapport des incidents au stade de France. Autour de 15h, le gouvernement sera interrogé sur ce sujet.

Pourquoi les sénateurs n’ont pas eu accès aux image de vidéosurveillance

François-Noël Buffet: “On a demandé via la justice d’avoir l’autorisation du procureur pour accéder aux images de vidéo. Mais on nous a fait savoir que ce n’était pas possible car elles étaient entre les mains de la justice.”

Des premières réactions erronées après les incidents

François-Noël Buffet: “On décrit objectivement la situation pour comprendre pourquoi cela n’a pas fonctionné. Chaucun assumera sa responsabilité comme il le souhaite. On note que les positions ont évolué au fur et à mesure des auditions. Les premières déclarations ne correspondaient à la réalité de ce qu’il s’est passé. On l’a écrit.”

Sur les critiques de Gérald Darmanin contre les supporters anglais, des mensonges du ministre?

Laurent Lafon: “Par rapport aux supporters de Liverpool et du Real, évidemment nous leur présentons nos regrets et nos excuses par rapport à ce qu’il s’est passé. C’est pour cela que c’était important à nos yeux qu’ils soient entendus et qu’ils s’expriment sur ce qu’ils ont vécu. Ils ont vraiment été victimes. Derrière ces événements, il y a un enjeu diplomatique. Singulièrement par rapport à l’Angleterre, cela dépasse nos compétences mais derrière la prise de parole nécessaire du président ou du Premier ministre, je crois qu’ils doivent aussi intégrer cette dimension-là. C’est important d’avoir des mots adressés aux spectateurs et aux autorités de ces deux pays amis. Sur des sanctions à demander, ce n’est pas notre rôle. Restons dans notre rôle. Nous sommes dans un rôle de contrôle fixé par la Constitution d’établir des faits et de comprendre des dysfonctionnements et d’essayer d’identifier des responsabilités. […] Si des sanctions doivent être prises, c’est aux responsables des autorités hiérarchiques des personnes responsables de le faire. Sur Gérald Darmanin, sa responsabilité et son expression, je pense que nous montrons clairement dans le rapport écrit que nous avons tenu à faire. Il est très clair que les deux arguments qu’il a mis en avant dès le samedi soir et le dimanche en disant que c’était l’afflux massif de spectateurs et une fausse billetterie: ces deux arguments existent mais ne sont pas la cause des dysfonctionnements. L’analyse faite par le ministre de l’Intérieur le soir du match et le lendemain du match n’était pas la bonne. C’était une analyse partielle et imprécise qui n’a pas permis dans l’immédiateté de prendre de la hauteur de vue […] De ce point de vue-là, les propos du ministre de l’Intérieur n’étaient pas à la hauteur des incidents constatés et de l’émotion suscitée par ces incidents. Il faut aussi distinguer l’aspect gestion de l’événement, en préparation comme en exécution. Ce n’est pas le ministre de l’Intérieur ou celui des Sports qui étaient en première ligne mais les différntse acteurs que l’on connait déjà dans l’organisation. Ce qu’il s’est passé, c’est un défaut de préparation et des imprécisions dans la préparation et dans l’exécution.”

Sur l’absence d’accès aux vidéos et d’éventuels mensonges vus de l’étranger

François-Noël Buffet: “La recommandation c’est de dire la vérité quand il y a un événement de cette nature. En disant tout de suite la vérité, il n’y aurait pas eu besoin de tout cela.”

Laurent Lafon: “En intervenant comme nous le faisons, c’est aussi une interpellation au gouvernement. C’est pour qu’ils donnent une parole plus juste que celle que nous avons eu jusqu’ici.”

Un besoin de changement dans l’organisation

François-Noël Buffet: “Maintenant il faut de la mise en oeuvre si les organisateurs sont d’accord avec nos recommandations.”

Une prise de parole du président Macron ou d’Elisabeth Borne ?

François-Noël Buffet: “Les autres matchs au Stade de France se sont ensuite bien passés. Il serait utile je crois, de ne pas laisser se répandre l’idée que nous ne pouvons pas organiser de grands événements. Il serait utile que la première ministre s’exprime sur le sujet. Une fois les choses dites, la situation sera claire. Rien ne nous empêche de demander aux ministres de venir devant la commission. Il est souhaitable d’avoir une communication depuis Matignon.”

Laurent Lafon: “La seule réponse de l’Etat, c’est le rapport Cadot. Il nous semble. Indispensable que les plus hautes autorités s’expriment. Nous ne doutons pas de nôtre capacité à organiser des grands événements mais il faut une prise de parole pour rassurer ceux qui pourraient en douter.”

Le Sénat n’a pas eu les images de vidéosurveillance

François-Noël Buffet: “Il existe une partie des images entre les mains de la justice. Elles ne sont pas accessibles pour nous. Mais cela ne remet pas en cause l’analyse des incidents.”

Le mutisme des plus hautes autorités de l’Etat ? Des zones de flou sur les témoignages et l’avenir du préfet Lallement

Laurent Lafon: “Compte-tenu de la gravité des événements, le président ou la première ministre aurait dû s’exprimer. Pas à chaud mais maintenant il faut une parole d’autorité. Sur les chiffres donnés pendant les témoignages, nous ne pouvons pas les confronter mais ce n’est pas le nombre de gens présents au stade qui est la cause des dysfonctionnement. C’est parce que l’organisation n’avait pas anticipé le déplacement en masse des supporters de Liverpool même sans billet. Sur le préfet Lallement, nous avons lu les articles annonçant son départ. Attendons de voir si l’information est bien celle-là. Nous avons auditionné le préfet Lallement et il est évident que dans la chaîne des responsabilités, il a sa part de responsabilité. Et elle est importante sur tout l’aspect maintien de l’ordre. On a fait quelques recommandations sur le besoin de mieux coordonner en amont et pendant l’événement. Mais c’est sûr qu’au moment de la finale de la Ligue des champions il y a un flou administratif sur l’autorité hiérarchique qui devait prendre les décisions. Il semble que cela soit le préfet de police mais ce n’est pas clairement énoncé par les uns et les autres.”

Laurent Lafon sur les prochains événements

“Concernant l’organisation des prochains événements. Il faut s’interroger sur le fait qu’une seule et même personne gère deux rôles importants de Diges et Dijop (organisaton des grands événements et des JO). Nous proposons de mieux distinguer ces fonctions afin de faire du Diges un reponsable organisationnel avec un rôle de coordination des décideurs concernés par les grands rendez-vous. Il faut qu’une organisation dédiée soit mise en place pour chacun des types d’événements.”

Le gros avertissement pour les JO de Paris 2024

“Ces événements du Stade de France doivent être un coup de semonce avant la Coupe du monde de rugby et Paris 2024.Il n’y a pas de remise en cause de ces événements, nous sommes fiers qu’ils soient organisés en France. Il y a des réglages pour que ces incidents ne se reproduisent pas.”

Un avis sur les vidéos de surveillance

“Le droit commun reste au cas par cas. Il faut demander en amont les images pour ne être dans cette situation d’incapacité de présenter les images si besoin.”

Quelques recommandations lues par François-Noël Buffet

“Nos recommandations par rapport au dispositif conssite à séparer les points de contrôle des billets et ceux de filtrage de contrôle antiterroriste. Il faut définir une doctrine d’usage du gaz lacrymogène. […] Les unités équestres ont un effet dissuasif fort.”

Deux risques pour les supporters au Stade de France

“Il y a eu deux riques pour les supoprters. Un risque d’écrasement pour les supporters. Le deuxième risque est celui du gazage près du stade. Le préfet de police a donc levé le pré-filtrage puis a assumé le gazage afin d’éviter la chute des grilles et l’envahissement du stade. Les décisions prises sont la cause d’un défaut d’anticipation.”

Un manque de réactivité des autorités

Le surnombre de supporters établi par la SNCF était inhabituel mais pas disproportionné. Le pré-filtrage a conduit à un risque d’écrasement. Il y a aussi eu un manque de réactivité des autorités. Aucune réaction des transporteurs, des organisateurs ou de la Préfecture de police malgré les rapports sur les transports.

Un dispositif de sécurité mal choisi selon François-Noël Buffet

“Le dispositif était une combinaison de l’antiterrorisme et du contrôle des billets. […] L’accord donné à un pré-filtrage, essayé une seule fois avant, était innoportun. Les indésirables non munis de billet n’ont pas été bien géré. C’est le premier défaut dans le dispositif.”

François-Noël Buffet sur les forces de police et la responsabilité de la Préfecture

“47 personnes de plus seulement que lors de la finale de Coupe de France. 650 effectif de police lors de France-Danemark le 2 juin. C’est seulement après les incidents que la délinquance a été prise en compte.

[…] le dispositif a été débordé sur le point du pré-filtrage à la sortie du RER B. Il n’a fallu que 10.000 supporters pour le faire sauter. L’échec tient donc aux décisions prises par la Préfecture de police.”

Des effectifs sécuritaires “sous-dimensionnés” selon François-Noël Buffet

“Le dispositif de sécurité n’a pas été suffisant pour enrayer la délinquance. Mais selon le maire de Liverpool cela a commencé plus tôt. Les effectifs de sécurité présents n’étaient pas assez nombreux pour l’empêcher. Les faits de délinquance se sont poursuivis après le match. Le maire de Saint-Denis avait fait part avant le match d’une attente et les effectifs mobilisés ont été sous-dimensionnés.”

François-Noël Buffet prend la parole

“L’UEFA et la FFF ont travaillé avec le soutien délégué du délégué interministériel et les préfectures concernées. […] La raison donnée pour le retard du match est le retard des supporters de Liverpool. Mais c’est l’impossiblité d’entrée dans le stade qui a posé problème. Notamment dans les points de préfiltrage des billets. L’ensemble du parcours depuis le RER a été marqué par des agressions de délinquants et cela a terni l’image de la France. Les supporters anglais ont été critiqué mais au travers des travaux, ce n’est qu’avec l’annonce de l’audition des supporters que les ministres concernés ont exprimé des regrets. Pendant les auditions, le préfet de police a aussi exprimé des regrets et ensuite seulement le ministre s’est excusé. […] La protection des supporters et des biens n’a pas été fait suffisamment bien.”

Laurent Lafon regrette le traitement des supporters

“L’expérience spectateur n’a pas été prise en compte par les organisateurs. Il faut créer les conditions d’un dialogue permanent avec les supporters. Cela doit permettre d’avoir des dispositifs plus efficaces.”

Toutes les recommandations du Sénat

Laurent Lafon poursuit ce préambule avec le listing des recommandations émises par le Sénat après les incidents du Stade de France. Des propositions à retrouver dans ce tweet.

Un plan de mobilité à revoir pour anticiper les déplacement

“Mieux prévoir le plan de mobilité. en prévoyant des cheminements de délestage suffisants ainsi que des voies d’évacuation. Autre problème, le démontage de la signalétique installée par la FFF qui aidait à quitter le RER D. […] La seule solution a été la levée des contrôles et donc l’entrée de délinquants. Il aurait mieux fallu prévoir des crises. Si les trois mois de préparation n’ont pas aidé à les prévoir.”

Une meilleure formation des stadiers

“Nous proposons d’exiger des organisateurs de prévénir en temps réel les détenteurs de billet des incidents en direct. Il faut aussi une meilleure formation des stadiers et de leur travail avec les forces de police.”

Laurent Lafon sur la billetterie

“La gestion de la billetrrie par l’UEFA a été inadapté. Il était connu que le recours aux billets papier a entraîné des faux billets. L’UEFA n’a pas fait ce qu’il fallait pour lutter contre cela alors que les faux ont été dix fois plus nombreux. La fausse billetterie a perturbé le déroulé des événements mais ce n’est pas la cause principale. Avec cette gestion, il y a des problèmes aux points de filtrage, formation défaillante des stadiers et dans la gestion des litiges. Nous voulons rendre obligatoire le recours à des billets infalsifiables pour les événements à enjeu majeur.”

C’est parti

Laurent Lafon, sénateur du Val-de-Marne et le président de cette commission François-Noël Buffet (Sénateur du Rhône) vont s’exprimer.

Laurent Lafon commence:

“Nous avons tenu à faire une analyse précise des dysfonctionnement et des responsablités des uns et des autres. Nous avons proposé des recoomandations pour que cela ne se reproduise pas. C’est un enchaînement de dysfonctionnements et personne ne s’est senti responsable. Chacun était dans son couloir. Les dysfonctionnement ont eu lieu à toutes les étapes, dans la préparations pendant l’événement et après l’événement. Ces événements du Stade de France doivent être un coup de semonce avant la Coupe du monde de rugby et Paris 2024.Il n’y a pas de remise en cause de ces événements, nous sommes fiers qu’ils soient organisés en France. Il y a des réglages pour que ces incidents ne se reproduisent pas. Les plus hautes autorités de l’Etat ne se sont pas exprimées et il faudrait le faire. Le travail que nous avons fait a permis progressivement de faire apparaître la vérité en toute transparence. Nous avons une vision plus claire.”

Les premières recommandations du Sénat

La conférence de presse n’a pas encore débuté mais le Sénat a déjà livré certaines recommandations. Voici la première d’entre elle et les autres sont à découvrir dans le tweet ci-dessous:

“Rendre obligatoire le recours à des billets infalsifiables avec des dispositifs de contrôle fiable pour les compétitions de football aux enjeux les plus importants et prévoir systématiquement un service de règlement des litiges de billetterie ainsi qu’un dispositif d’aide pour les personnes ne pouvant recourir à ce type de billet.”

Le rapport du Sénat bientôt connu

Dans quelques minutes, le Sénat va rendre son rapport sur les incidents du Stade de France en marge de la finale de la Ligue des champions organisée à Saint-Denis le 28 mai. Cela va commencer à 12h et c’est à suivre en direct commenté sur le site et l’app RMC Sport.

Le Sénat rend son rapport très attendu ce mercredi midi

Déterminer les responsabilités du fiasco sécuritaire de la finale de la Ligue des champions au Stade de France et proposer des remèdes pour éviter pareil chaos lors des JO 2024: le Sénat rend mercredi son jugement sur cette soirée qui a écorché l’image de la France dans le monde entier. Le 28 mai dernier, l’organisation de la finale de la Ligue des champions au Stade de France a viré au cauchemar à un peu plus d’un an de la Coupe du monde de rugby et avant les Jeux olympiques d’été dans deux ans.

Le rapport présenté à midi

Spectateurs sans billets escaladant les grilles du stade, d’autres munis de tickets mais ne pouvant y entrer, familles aspergées de gaz lacrymogènes par la police ou vols et agressions commis par des délinquants opportunistes: l’organisation de la rencontre fut un “fiasco”, ont d’ores et déjà dénoncé les sénateurs, qui présenteront leur rapport d’information sur la gestion de ces incidents à midi.

>> Toutes les infos ici

Bonjour à tous

Bienvenue dans notre live consacré au suivi des conséquences du chaos qui a régné au Stade de France le 28 mai dernier lors de l’organisation de la finale de la Ligue des champions entre le Real Madrid et Liverpool (1-0).


#DIRECT #Chaos #Stade #France #Sénat #rendu #ses #conclusions #népargne #pas #Darmanin #Lallement

Leave a Comment

Your email address will not be published.