Presse Santé

Alcool: Signes et symptômes d’une maladie alcoolique du foie

La maladie alcoolique du foie résulte d’une surconsommation d’alcool, qui endommage le foie et entraîne une accumulation de graisses, une inflammation et des cicatrices. Le foie est l’un des organes les plus complexes du corps humain, avec plus de 500 fonctions. Celles-ci comprennent :

– filtrer les toxines du sang
– le stockage de l’énergie
– la fabrication d’hormones et de protéines
– la régulation du cholestérol et de la glycémie

Cet article explore les signes et symptômes précoces de la maladie alcoolique du foie, ses stades, ses causes, ses facteurs de risque, ses traitements et sa prévention.

Les stades de la maladie alcoolique du foie

La maladie alcoolique du foie comporte quatre stades principaux :

la stéatose hépatique alcoolique
l’hépatite alcoolique
fibrose
cirrhose

Les lésions hépatiques peuvent affecter l’ensemble de l’organisme. Une fois que les dommages commencent, ils peuvent mettre longtemps à se manifester, car le foie est généralement très efficace pour se régénérer et se réparer. Souvent, au moment où les médecins détectent les dommages, ceux-ci sont irréversibles.

Signes et symptômes d’une maladie alcoolique du foie

Les premiers signes de la maladie alcoolique du foie sont vagues et touchent plusieurs systèmes de l’organisme. En plus d’un sentiment général de malaise, les signes peuvent inclure les éléments suivants :

– des douleurs dans l’abdomen
– des nausées et des vomissements
– diarrhée
– une diminution de l’appétit

Il peut être facile pour quelqu’un de rejeter les premiers symptômes comme étant les effets d’une gastro ou d’un malaise général. Cependant, le fait de ne pas diagnostiquer ni traiter ces symptômes, surtout si l’on continue à consommer de l’alcool, peut entraîner une progression plus rapide de la maladie du foie au fil du temps.

La stéatose hépatique alcoolique

La consommation d’une grande quantité d’alcool peut entraîner l’accumulation d’acides gras dans le foie. Parfois, une consommation excessive d’alcool sur une courte période, même inférieure à une semaine, peut en être la cause. Il n’y a normalement aucun symptôme, et la stéatose hépatique alcoolique est souvent réversible si la personne s’abstient de consommer de l’alcool à partir de ce moment.

 

Hépatite alcoolique

L’hépatite alcoolique est un syndrome grave de la maladie alcoolique du foie. L’hépatite est un terme général désignant le gonflement et l’inflammation du foie, quelle qu’en soit la cause. Si une personne continue à boire de l’alcool, cela entraînera une inflammation permanente du foie. Cela peut se produire après plusieurs années de consommation excessive d’alcool. Elle peut également survenir de manière aiguë pendant les périodes de consommation excessive d’alcool.

Les symptômes courants de l’hépatite alcoolique sont les suivants :

– la jaunisse, ou une teinte jaune du blanc des yeux et de la peau
– une hypertrophie du foie, appelée hépatomégalie
– les caractéristiques d’une réaction inflammatoire systémique comme:
– température corporelle inférieure à 36°C ou supérieure à 38°C
– fréquence cardiaque supérieure à 90 battements par minute
– fréquence respiratoire supérieure à 20 respirations par minute
– nombre de globules blancs supérieur à 12 000 ou inférieur à 4 000 par microlitre.

L’hépatite alcoolique évolue généralement vers une cirrhose si la personne continue à boire de l’alcool. L’hépatite peut guérir chez une personne qui arrête de boire de l’alcool, mais une éventuelle cirrhose ne s’inverse pas.

 

Fibrose

La fibrose est une accumulation de certains types de protéines dans le foie, dont le collagène. Elle est présente dans la plupart des types de maladies chroniques du foie.

Pour déterminer l’étendue de la fibrose, les médecins utilisent le système de notation Metavir sur une échelle de A0 à A3 :

A0 : aucune activité
A1 : activité légère
A2 : activité modérée
A3 : activité sévère
Les formes légères à modérées de fibrose peuvent être réversibles.

Le système Metavir évalue également le niveau de fibrose de F0 à F3 :

F0 : absence de fibrose
F1 : fibrose sans tissu cicatriciel
F2 : fibrose avec tissu cicatriciel occasionnel
F3 : cicatrice étendue mais pas de cirrhose
F4 : cirrhose

Cirrhose

La cirrhose survient lorsque le foie est enflammé depuis longtemps, ce qui entraîne des cicatrices et une perte de fonction. Cette affection peut mettre la vie en danger. Les dommages causés par la cirrhose sont irréversibles, mais une personne peut prévenir d’autres dommages en continuant à éviter l’alcool. L’abstinence à vie peut améliorer la fonction hépatique, mais les dommages permanents et graves de la cirrhose peuvent signifier que la personne a besoin d’une greffe du foie pour survivre.Comme le foie ne traite plus correctement les toxines, la personne sera plus sensible aux médicaments et à l’alcool. La consommation d’alcool accélère la destruction du foie, réduisant la capacité du foie à compenser les dommages actuels.

 

Signes tardifs

Lorsque la maladie alcoolique du foie progresse, ses symptômes deviennent plus faciles à reconnaître. Les signes les plus distinctifs d’une maladie du foie à un stade avancé, comme la cirrhose ou la fibrose, sont les suivants :

– un œdème, ou gonflement des membres inférieurs
– une accumulation de liquide dans l’abdomen (ascite)
– fièvre et frissons
– démangeaisons extrêmes de la peau
– ongles qui se recourbent de façon excessive (cercles)
– une perte de poids importante
– faiblesse générale et fonte des muscles
– sang dans les vomissures et les selles
– saignements et ecchymoses plus facilement
– réactions plus sensibles à l’alcool et aux drogues

Facteurs de risque

Plusieurs facteurs augmentent le risque de maladie alcoolique du foie. Les personnes qui boivent de la bière et de l’alcool fort sont plus susceptibles de souffrir d’une maladie du foie que celles qui consomment d’autres boissons alcoolisées, comme le vin. Les femmes sont plus sensibles aux effets négatifs de l’alcool, même à des niveaux de consommation identiques à ceux des hommes, et sont donc plus susceptibles de développer rapidement une fibrose, une inflammation et des lésions hépatiques à cause de l’alcool. Celles qui consomment plus de deux verres par jour et les hommes qui consomment plus de trois verres par jour pendant plus de cinq ans présentent un risque accru de maladie alcoolique du foie. Les femmes qui consomment de grandes quantités d’alcool et qui ont également un excès de poids ont plus de chances de développer une maladie chronique du foie. Toutefois, l’obésité est également un facteur de risque pour les hommes.

Le fait d’avoir l’hépatite C augmente le risque, et une personne qui consomme régulièrement de l’alcool et qui a eu un quelconque type d’hépatite a plus de chances de développer une maladie du foie. Des changements génétiques peuvent affecter le risque. Si une personne subit des modifications du profil génétique de certaines enzymes essentielles au métabolisme de l’alcool, comme l’ADH, l’ALDH et le CYP4502E1, elle aura plus de chances de développer une maladie alcoolique du foie.

Traitement

La première étape du traitement de la maladie alcoolique du foie, quel que soit son niveau, consiste à éliminer l’alcool du régime alimentaire.

Abstinence

Cela peut aider à inverser certains stades précoces de la maladie du foie. Par exemple, arrêter de boire une fois que l’on a diagnostiqué une stéatose hépatique peut permettre d’inverser la maladie en 2 à 6 semaines.
Lorsqu’un médecin diagnostique une maladie alcoolique du foie, à quelque stade que ce soit, il recommande à la personne de ne jamais recommencer à boire. Tout état qui s’est inversé réapparaîtra généralement lorsque la personne recommencera à boire. Les personnes qui boivent régulièrement plus que les limites quotidiennes d’alcool recommandées ne devraient pas arrêter de boire sans soutien médical. Le sevrage de l’alcool peut mettre la vie en danger. Les personnes doivent demander l’aide d’un professionnel de la santé pour gérer le sevrage en toute sécurité.

Thérapie

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) peuvent atténuer les symptômes de sevrage chez une personne dépendante de l’alcool. Les personnes souffrant d’une dépendance grave à l’alcool peuvent séjourner dans un établissement de réadaptation pour patients hospitalisés afin de bénéficier d’une surveillance plus étroite.

Modifications du mode de vie

Les médecins peuvent également recommander de perdre du poids et d’arrêter de fumer, car l’excès de poids et le tabagisme ont tous deux démontré un rôle dans l’aggravation de la maladie alcoolique du foie. Les médecins peuvent également recommander la prise quotidienne d’une multivitamine.

Transplantation du foie

Chez les personnes souffrant d’insuffisance hépatique, le foie cesse complètement de fonctionner. Cela peut être le résultat d’une maladie du foie à un stade avancé et signifie souvent qu’une transplantation hépatique est la seule option pour une survie prolongée. Une greffe de foie est une procédure compliquée qui dépend de la disponibilité d’un donneur. En règle générale, seules les personnes pouvant justifier d’une abstinence d’alcool d’au moins six mois avant l’intervention peuvent prétendre à une greffe. Une greffe de foie est une solution de dernier recours. Arrêter l’alcool et traiter cette maladie à un stade précoce est le meilleur moyen pour une personne d’augmenter ses chances d’inverser ou de ralentir la maladie. Les médicaments anti-rejet après la transplantation peuvent augmenter le risque d’infections graves et de certains cancers.

 

Prévention

Pour prévenir la maladie alcoolique du foie et d’autres affections liées à la consommation d’alcool, les médecins conseillent une consommation modérée d’alcool: « un verre par jour » pour les femmes, et « deux verres par jour » pour les hommes, et ce uniquement à partir de 21 ans. On définit généralement la consommation excessive d’alcool comme étant la consommation de cinq boissons alcoolisées ou plus pour les hommes ou de quatre boissons alcoolisées ou plus pour les femmes lors de la même occasion, pendant au moins un jour au cours du dernier mois.

Perspectives

L’espérance de vie d’une personne atteinte d’une maladie alcoolique du foie diminue considérablement à mesure que la maladie progresse. En moyenne, 1 personne sur 3 au stade le plus avancé de la maladie du foie et de la cirrhose est encore en vie après 2 ans. Lorsque le corps peut compenser et gérer la cirrhose, l’espérance de vie typique est de 6 à 12 ans. Les personnes atteintes de maladies moins graves survivront plus longtemps si elles s’abstiennent de consommer de l’alcool. Ne pas fumer et contrôler son poids sont des changements de mode de vie importants que les gens peuvent faire pour réduire davantage le risque.

* Presse Santé s’ efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l’ avis d’un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

#Alcool #Signes #symptômes #dune #maladie #alcoolique #foie

Leave a Comment

Your email address will not be published.