Alerte info : ne consommez surtout pas ce produit très connu visé par 60 millions de consommateurs

Alerte info : ne consommez surtout pas ce produit très connu visé par 60 millions de consommateurs

Au mois de mars 2022, le magazine 60 millions de consommateurs a informé les clients des dangers d’un produit commercialisé en magasin. Le produit en question était censé être sans huile de palme, et pourtant son étiquette indiquait qu’il en contenait.

Une indication trompeuse

Malgré la vigilance des industriels, certains produits arrivent dans les étals avec certains défauts. Ces derniers peuvent présenter un danger pour le consommateur. D’un autre côté, une erreur dans les informations fournies sur l’étiquette peut aussi induire le consommateur en erreur. Ce qui constitue un grave danger en cas d’allergie.

Heureusement que plusieurs associations bienveillantes existent pour informer les Français. Parmi eux figure le magazine 60 millions de consommateurs. Dès qu’il y a confusion, ce dernier n’hésite pas à partager l’information. Ce fut notamment le cas au mois de mars 2022. Les journalistes du magazine ont repéré un produit contenant une substance néfaste et l’ont balancé sur la Toile.

Il s’agissait de la margarine de la marque Primevère. En effet, ce produit devait être sans huile de palme. Après vérification, ce n’était pas le cas. Sur le devant de l’étiquette était marquée « Sans huile de palme ». Pourtant, en regardant au dos du produit, il y est écrit le contraire. Une information qui prête à confusion. 60 millions de consommateurs ont donc tiré la sonnette d’alarme.

« Cherchez l’erreur ! La mention “sans huile de palme” s’affiche en grand sur la barquette, mais on peut lire au dos “contient de l’huile de palme”. Avec ou sans huile de palme ? Primevère nous explique qu’il s’agit d’une erreur d’impression et garantit que cette margarine n’en contient pas. Et laisse les produits en rayon. De quoi laisser le consommateur dans la confusion », a posté le magazine sur son site.

Cette fausse information sur le packaging a évidemment énervé de nombreux internautes qui ont crié aux scandales.

« Et une consommatrice de moins ! Je n’en achèterai plus. Quelle honte ! », « Pas surprenant, depuis 2 ans, ce qui est faux est devenu vrai et ce qui est vrai est devenu faux. Un exemple de plus du “sans” mais “avec” », peut-on lire dans la barre des commentaires de la publication.

Ce n’était pas la seule fois

Si la margarine de Primevère a pu être repérée par 60 millions de consommateurs, ce n’est évidemment pas le seul produit commercialisé avec une étiquette mensongère. Ils sont nombreux à être mis en vente dans les rayons des magasins. Le magazine invite donc les consommateurs à faire preuve de prudence avant d’acheter, il faut toujours bien vérifier, et en cas de contradiction, mieux vaut ne pas prendre.

Pour information, la vente mensongère est sanctionnée par la loi. Ceux qui la pratiquent peuvent écoper de deux ans d’emprisonnement et d’une amende de 300 000 euros. Des sanctions qui sont renforcées si la tromperie nuit à la santé des consommateurs (jusqu’à 7 ans de prison, et 750 000 euros d’amende).

Concernant l’huile de palme

Présent dans de nombreux produits, l’huile de palme serait en fait une calamité. Non seulement elle est mauvaise pour la santé, mais en plus, elle nuit à l’environnement. En effet, comme l’explique l’association WWF, la culture de l’huile est désastreuse pour la planète. Elle favorise l’émission de gaz à effet de serre, et entraîne une perte de biodiversité.

Il est aussi préférable de ne pas trop en consommer. La raison est qu’elle contient un taux élevé d’acides gras (35 % d’acide gras de plus que l’huile d’olive). Des acides gras qui peuvent entraîner des problèmes cardiaques et des AVC.

Les rappels produits

Si les erreurs d’étiquetage sont fréquentes, dans certains cas, il peut s’agir d’une erreur. Raison pour laquelle les distributeurs ont mis en place une opération visant à informer les clients. Cette opération est appelée « rappel produit ».

Le nombre de produits rappelés ne cesse d’augmenter chaque jour en France. Ainsi, pour tenir au courant les consommateurs, le gouvernement a conçu un site qui répertorie l’ensemble des produits concernés par un rappel. Il s’agit du site Rappel Conso qui a été lancé en avril 2021 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).


#Alerte #info #consommez #surtout #pas #produit #très #connu #visé #par #millions #consommateurs

Leave a Comment

Your email address will not be published.