À Brest, l’heure de Karamoko Dembélé a-t-elle sonné ?

À Brest, l’heure de Karamoko Dembélé a-t-elle sonné ?

« Grand talent » selon Brendan Rodgers, « phénomène » pour Christopher Jullien… Mais comment Karamoko Dembélé, 19 ans, s’est-il retrouvé à Brest en juillet 2022 alors qu’on voyait en lui le futur crack mondial dès ses 13 ans ?

Retour en 2016. Karamoko Dembélé n’a que 13 ans, mais il fait parler de lui dans le monde entier quand il entre en jeu avec les U20 du Celtic. La planète football s’enflamme et découvre un ailier de poche (1,67m), gaucher, capable de réaliser passements de jambes, crochets, petits ponts et de marquer. Futur crack, assurément. Ce que tout le monde ignore, c’est que cela fait trois ans que le gaucher brille avec les catégories jeunes du Celtic et que cette apparition en U20 est une récompense de ses deux derniers tournois, qu’il a terminés en étant élu meilleur joueur. Un saut dans le grand bain pour l’Anglo-Ivoirien, qui a débarqué à Glasgow avec ses parents juste après sa naissance en Angleterre. Ce qui explique pourquoi Karamoko Dembélé alterne entre les deux sélections voisines, avec un penchant pour les Three Lions.

Brendan Rodgers calme le jeu

Les années passent, et le prodige continue de brûler les étapes. À tout juste 15 ans, il inscrit son premier but avec les U20 et se voit offrir un contrat professionnel, deux mois plus tard. La route du génie semble dégagée, mais le coach de l’équipe première, Brendan Rodgers, calme le jeu : « Si on ne parle que de talent, je pourrais probablement le prendre en équipe première dès maintenant. Mais je dois penser à sa progression et à son niveau de maturité. La véritable question qui doit se poser, c’est, est-ce qu’il peut l’assumer ? » avait lancé le technicien au Scottish Sun.

« Tu ne peux pas faire de toro avec lui, il aime trop mettre des petits ponts. » Christopher Jullien, coéquipier au Celtic

Visionnaire. Quatre ans et seulement une dizaine de matchs en professionnel plus tard, l’ailier vient de débarquer à Brest pour (re)lancer sa carrière… à 19 ans. Frustrant au regard d’un talent considérable dont se souvient Christopher Jullien au micro de RMC Sport. « C’est un phénomène, il a des qualités indéniables. Il est vif et à l’aise balle au pied, détaille l’ancien coéquipier de Dembélé au Celtic. Tu ne peux pas faire de toro avec lui, il aime trop mettre des petits ponts. »

Premier but, fracture de la cheville et arrivée dans le Finistère

En fin de saison 2018-2019, âgé de 16 ans et 86 jours, il dispute ses 45 premières minutes au Celtic Park face à Heart of Midlothian (2-1), ce qui lui permet de valider un titre de champion d’Écosse. Un match, un titre. Bon ratio. Mais ses promesses ne convainquent pas la saison suivante. L’instabilité du club et les mauvais résultats ne lui laissent que des miettes, et le numéro 77 devra attendre deux ans et mai 2021 pour inscrire son premier but lors de la réception de Saint Johnstone (4-0). Un léger rayon de soleil avant la tempête. Dès la préparation de la saison 2021-2022, le frêle ailier se fracture la cheville et manque sept mois de compétition avant la fin de son contrat. Mauvais timing.

Le sablier s’est écoulé et plus grand-monde ne voit en Karamoko Dembélé la huitième merveille du monde. À part peut-être les dirigeants du Stade brestois, qui ont officialisé ce mardi la signature du jeune homme, dont le contrat arrivait à expiration en Écosse. Et si ce deal était une bonne affaire pour les deux parties ? D’un côté, Karamoko Dembélé va sûrement gagner du temps de jeu, et la pointe du Finistère ressemble au cocon parfait pour s’épanouir, d’autant que l’attaquant, qui parle français, ne devrait pas avoir de mal à s’adapter. D’un autre côté, les Ti-Zef récupèrent un jeune joueur, gratos, qui peut sévir comme ailier ou au poste de numéro dix. « J’aime prendre du plaisir et en donner aux supporters » , a déclaré le nouveau numéro 18 brestois, laissant deviner que son amour pour le dribble pourrait en faire la coqueluche du stade Francis-Le Blé. Au pays du beurre salé, il ne faudra pas s’étonner de voir « Kara » dans son élément.

Par Alexandre Le Bris

#Brest #lheure #Karamoko #Dembélé #atelle #sonné

Leave a Comment

Your email address will not be published.