Non, le vaccin ne détruit pas les défenses immunitaires contre le cancer

Non, le vaccin ne détruit pas les défenses immunitaires contre le cancer

Les cas de Covid-19 repartent à la hausse, et déjà le gouvernement reprend sa sensibilisation pour la vaccination. Mais certains semblent avoir trouvé de nouveaux effets indésirables. C’est ce qu’a expliqué le prêtre Michel Viot à l’antenne de Radio courtoisie, une radio associative française qui donne la priorité à la politique et à la religion. L’invité évoque une grand-mère qui était en rémission d’un cancer du sein, et qui est décédée. « On venait de lui faire sa troisième dose de vaccin. Ce n’est pas une fois que c’est arrivé, sinon ça pourrait être une malheureuse coïncidence. Mais c’est plusieurs fois », poursuit Michel Viot.

Il décrit ensuite sa propre situation. L’homme est en rémission d’un cancer ORL : « Il y a un an, j’ai posé la question [sur le fait de se faire vacciner ou non] à mon cancérologue. Il m’a dit : dans votre cas il ne faut pas. » Le prêtre conclu en affirmant que le vaccin « va se fixer sur le Covid et va laisser passer tout le reste. Autrement dit, il va baisser vos défenses immunitaires et vous risquez d’avoir un cancer qui reflambe ».

Dans les commentaires sous la publication Twitter, plusieurs internautes annoncent avoir déjà entendu le même discours de la part d’oncologues français ou québécois. Qu’en est-il vraiment du cancer et du vaccin contre le Covid-19 ? 20 Minutes fait le point.

FAKE OFF

« Il n’est pas vrai de dire qu’en cancérologie nous déconseillons le vaccin contre le Covid-19 », affirme l’oncologue Alain Toledano. « Au contraire, le vaccin est protecteur d’un virus qui peut être dangereux pour l’organisme », poursuit le spécialiste. « Pour ce qui est du système immunitaire, il s’adapte très bien. » Le site de l’Institut national du cancer indique en effet : « Les personnes atteintes de cancer qui suivent un traitement diminuant leurs défenses immunitaires sont à risque de formes graves de COVID-19. Le vaccin peut les protéger. »

Le sujet fait consensus dans la profession. Au niveau de la Ligue contre le cancer, l’avis est le même : « Selon les études, par rapport aux personnes qui ne souffrent pas d’un cancer, les patients atteints d’un cancer ont un risque légèrement accru de complications graves ou de décès à la suite d’infection au Covid-19. »

L’association suggère tout de même quelques précautions à prendre dans certains cas. Pour les patients sous traitement immunosuppresseur : « Il est possible qu’en raison de l’immunosuppression, ils réagissent moins bien à la vaccination et ne développent pas une protection immunitaire suffisante. Une discussion avec leur oncologue est essentielle avant toute vaccination. » En aucun cas l’injection ne pourrait faire revenir le cancer, mais en raison du traitement suivi, elle pourrait être moins efficace.

La ligue contre le cancer suggère également aux patientes atteintes d’un cancer du sein « de se vacciner sur le côté non touché par la maladie. Si les deux seins sont touchés, il convient de définir l’endroit idéal de la piqûre avec le médecin traitant ».

Cependant, il est exact de dire que parmi les effets indésirables recensés par l’Agence européenne du médicament se trouvent plusieurs cas de troubles du système immunitaire. Le site n’indique pas si cela concerne spécifiquement des personnes atteintes du cancer, ou non. Mais pour le docteur Alain Toledano, il convient tout de même de faire confiance aux autorités de santé et aux études qui ont démontré « qu’il y avait plus de bénéfices que de risques dans le vaccin ».


#vaccin #détruit #pas #les #défenses #immunitaires #contre #cancer

Leave a Comment

Your email address will not be published.